Incendie du haras national de Saint-Lô dans la Manche : l'enquête s'oriente vers une intervention humaine

Les écuries du haras national de Saint-Lô, dans la Manche, ont été en partie incendiées dans la nuit du 11 juillet au 12 juillet 2019.
Les écuries du haras national de Saint-Lô, dans la Manche, ont été en partie incendiées dans la nuit du 11 juillet au 12 juillet 2019. (NICOLAS DENOYELLE / MAXPPP)

La piste du dysfonctionnement électrique ou une fermentation du fourrage a été écartée, rapporte France Bleu Cotentin, mardi.

L'enquête dans le cadre de l'incendie du haras national de Saint-Lô dans la Manche avance. La piste de l'intervention humaine est privilégiée, rapporte France Bleu Cotentin, mardi 23 juillet. Selon le parquet de Coutances, les premières conclusions semblent en effet exclure un dysfonctionnement électrique ou une fermentation du fourrage. L'enquête se poursuit pour savoir s'il s'agit d'un acte accidentel ou volontaire.

Un appel à témoins va être lancé

La police de Saint-Lô et la sûreté départementale de la Manche continuent leurs auditions de témoins, d'intervenants ou de riverains du haras. Le procureur de la République de Coutances précise qu'un appel à témoins va être diffusé dans la semaine. Toute personne ayant des informations susceptibles d'intéresser l'enquête peut d'ores et déjà contacter le commissariat de police de Saint-Lô au 02 33 72 68 00.

Dans la nuit du 11 au 12 juillet, le feu s'était déclaré peu après minuit et avait atteint 2 000 mètres carrés d'écuries sur 4 000. Il ne s'était pas propagé aux bâtiments annexes et n'avait pas fait de victime. Le haras national de Saint-Lô est inscrit au titre des monuments historiques. Construit à la fin du XIXe siècle, il a été détruit lors de la Seconde Guerre mondiale, puis reconstruit à l'identique. Son toit est principalement en bois.

Vous êtes à nouveau en ligne