Incendie dans un bâtiment réacteur de la centrale nucléaire de Penly

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Le réacteur n°2 de la centrale de Penly, près de Dieppe (Seine-Maritime) s'est arrêté automatiquement suite à une alerte incendie dans le bâtiment réacteur. Les pompiers ont traité deux départs de feu provoqués par une fuite d'huile brûlante. EDF assure que "les installations sont en sécurité" et qu'il n'y a ni rejet radioactif ni blessé. L'ASN inspectera le site demain.

Pas un, mais deux départs de feu ont été éteints ce midi, selon EDF.
L'alarme s'est déclenchée à 12h20. Un "dégagement de fumée" a été repéré
"dans un local situé dans le bâtiment" du réacteur n°2 de la centrale
de Penly. Le réacteur s'était alors arrêté automatiquement.

En tout 25 véhicules et 60 pompiers ont été mobilisés à partir de
"13h15" et ont éteint, toujours selon EDF, deux départs de feu dans le
bâtiment réacteur.

Intervention en milieu confiné

Selon les premiers éléments communiqués par l'opérateur et les pompiers, une fuite
d'huile brûlante au niveau d'une pompe est à l'origine du sinistre. Pas n'importe quelle pompe : l'une de celles qui alimentent le circuit primaire. L'eau qui y circule sous pression, de façon hermétique, régule directement la réaction nucléaire.

L'arrêt de la pompe en cause a provoqué l'arrêt automatique du réacteur. Sur place, les pompiers ont trouvé "des petites flaques d'huile qui étaient en feu. Il s'agit de flaques qui font quelques dizaines de cm2 ", selon l'Autorité de sûreté nucléaire.

Une inspection demain

EDF ne déplore "aucun blessé et aucune conséquence sur l'environnement". L'ASN prévoit d'inspecter le site demain. Le réacteur reste arrêté en attendant de connaître et de réparer l'origine de la fuite.

Implantée au bord de la Manche à 15 km de Dieppe, la centrale de Paluel compte deux réacteurs. Le n°2, touché par l'incendie, a été mis en service en 1992. Le site de Penly a été pressenti pour la construction d'un réacteur EPR.

 


Vous êtes à nouveau en ligne