Incendie de Lubrizol : le traumatisme des Rouennais

France 2

Une semaine après l'incendie de l'usine de Lubrizol, à Rouen (Seine-Maritime), les habitants restent inquiets. Une cellule de crise accueille les riverains depuis mardi et doit fermer ses portes ce soir.

C'est un espace ou chacun peut s'exprimer librement. Depuis mardi, les Rouennais peuvent se rendre dans cette permanence d'accueil psychologique. Marie et son fils vivent à quelques dizaines de mètres de l'usine de Lubrizol. Ils sont encore très choqués. "J'ai eu l'impression que l'on n’existait pas, que nos vies n'avaient pas de valeur. On ne nous a pas orientés, on ne nous a pas dit ce que l'on devait faire. J'ai besoin qu'on sache ce que j'ai vécu et que l'on m'aide à aller mieux en fait, à reprendre pied tout simplement", confie Marie.

Une plateforme téléphonique

Huit jours après la catastrophe, l'épais nuage noir qui a traversé la ville inquiète toujours autant. Ici, cinq psychologues sont là pour écouter et pour rassurer les habitants. La cellule psychologique est ouverte jusqu'à vendredi 4 octobre au soir. Une plateforme téléphonique a également été mise en place par le gouvernement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne