Incendie de l'usine Lubrizol de Rouen : le parquet ouvre une information judiciaire contre X, trois juges d'instruction désignés

L\'usine Lubrizol du Petit-Quevilly, près de Rouen (Seine-Maritime), le 30 septembre 2019.
L'usine Lubrizol du Petit-Quevilly, près de Rouen (Seine-Maritime), le 30 septembre 2019. (MAXPPP)

Plus d'un mois après le sinistre, les enquêteurs ignorent toujours quelle en est la cause, ni d'où il est parti.

Une nouvelle phase s'ouvre après l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen : le parquet de Paris a annoncé dans un communiqué, mardi 29 octobre, l'ouverture d'une information judiciaire contre X. Elle fait suite à une enquête préliminaire, clôturée ce même mardi, qui n'a "pas permis de déterminer, à ce stade, les causes de cet incendie, ni de localiser avec précision son origine".

Cette information judiciaire a été confiée "à trois magistrats instructeurs du pôle santé publique du tribunal de Paris", ajoute le communiqué.

"Près d'une centaine" de témoins auditionnés

Cette information judiciaire a été ouverte de sept chefs différents, dont "destruction involontaire par incendie dû à la violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence", "blessures involontaires", "mise en danger de la vie d'autrui" ou encore "exploitation d'une installation classée sans respect des règles générales et prescriptions techniques".

Le parquet indique que "près d'une centaine" de témoins ont déjà été auditionnés dans le cadre de l'enquête préliminaire, que des prélèvements ont été réalisés "sur site entre les 8 et 11 octobre", et que de "nombreux documents" et données informatiques ont été saisis lors de perquisitions dans les locaux de Lubrizol et Normandie Logistique, le 10 octobre.

Par ailleurs, 545 plaintes ont été déposées à ce jour, ajoute le parquet. Le sinistre a détruit plus de 9 500 tonnes de produits chimiques et provoqué un manque à gagner considérable pour les acteurs économiques locaux.

Vous êtes à nouveau en ligne