Incendie à Rouen : "La qualité de l'air n'est pas en cause", assure Edouard Philippe sur place

Edouard Philippe à Rouen lors d\'une allocution aux journalistes lundi 30 septembre en début de soirée
Edouard Philippe à Rouen lors d'une allocution aux journalistes lundi 30 septembre en début de soirée (LOU BENOIST / AFP)

Quatre jours après l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen, les autorités peinent à rassurer une population toujours inquiète. Le Premier ministre s'est rendu sur place lundi soir.

Le Premier ministre Edouard Philippe s'est rendu, dans la soirée du lundi 30 septembre, sur le site de l'usine Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime), quatre jours après l'incendie, et alors que les autorités peinent à rassurer une population toujours inquiète.

Edouard Philippe veut rassurer. "Nous avons la volonté très ferme de dire ce que nous savons dès que nous le savons et d'accompagner nos concitoyens", a assuré Edouard Philippe pour tenter de calmer les inquiétudes des habitants exposés à la pollution de l'incendie de l'usine Lubrizol.

Indemnisation des agriculteurs. Didier Guillaume, le ministre de l'Agriculture, a promis, lundi 30 septembre, une indemnisation "en totalité" des agriculteurs touchés par l'incendie : "Les agriculteurs touchés par cette pollution sont des victimes et vous serez indemnisés comme des victimes ; les coupables seront condamnés et l'Etat vous accompagnera !"

Dépôt de plainte. Le groupe Lubrizol a porté plainte pour "destruction involontaire par explosion ou incendie", Edouard Philippe avait affirmé, dimanche 29 septembre, la volonté du gouvernement "de faire la transparence totale" sur cet incendie.

Droit de retrait chez les enseignants. Des enseignants ont fait usage de leur droit de retrait, lundi 30 septembre, dans trois collèges de Rouen (Seine-Maritime), a confirmé à franceinfo le rectorat de l'académie de Rouen. 

 

Vous êtes à nouveau en ligne