Incendie à Rouen : de l’amiante retrouvé dans des jardins de riverains

FRANCE 2

La préfecture a assuré mardi 1er octobre que tout risque de contamination à l'amiante était écarté : aucune trace n’aurait été retrouvée dans l'air. Pourtant, des morceaux du toit de l'usine ont été découverts à deux kilomètres du site, chez des particuliers.

C’est déjà la dixième constatation depuis le lendemain de l'incendie de Lubrizol, survenu jeudi 26 septembre, pour un huissier de Rouen (Seine-Maritime). Il était appelé par Stéphane Holé, habitant de Mont-Saint-Aignan, qui a découvert dans son jardin plusieurs débris qui ressemblent à une matière fibreuse amiantée. "Ça ressemble à de la fibre d'amiante, des toits en amiante qui sont fibrés. Ça ressemble aux images qu'on a vues du toit de l'usine", explique Stéphane Holé. Il réfléchit à porter plainte.

Des dépôts d’amiante confirmés dans un jardin

Si les analyses confirmeront dans les prochains jours la nature de ces débris trouvés dans le jardin de Stéphane Holé, il n'est pas le seul dans ce cas. Ce type de débris a aussi été retrouvé par un autre habitant de Rouen. Cette fois, les analyses des prélèvements ont déjà été rendues et il s'agit bien de morceaux de fibrociment contenant de l'amiante du type chrysotile, amosite et crocidolite. Les services du ministère de l’Ecologie invitent à la prudence face à ce type de débris.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne