Incendies en Gironde : le nuage de fumée est "remonté" jusqu'à Paris

Un pompier lutte contre les flammes à Louchats (Gironde), le 19 juillet 2022.
Un pompier lutte contre les flammes à Louchats (Gironde), le 19 juillet 2022. (ROMAIN PERROCHEAU / AFP)

Airparif, l'agence qui surveille la qualité de l'air en Ile-de-France, a mesuré des concentrations de particules "en forte hausse". Elle les attribue à la fois aux feux en Gironde et à "des incendies locaux". Ce direct est désormais terminé.

Les yeux qui brûlent, le nez qui picote. Les habitants d'Ile-de-France ont pu se sentir incommodés par une odeur de fumée, dans la soirée du mardi 19 juillet. Selon Airparif, l'agence qui surveille la qualité de l'air en région francilienne, attribue dans un tweet ces concentrations à la fois aux feux en Gironde et à des incendies locaux. La préfecture de police de Paris appelle en tout cas les franciliens à ne pas contacter les pompiers au sujet de cette odeur de brûlé. Ce direct est désormais terminé.

Emmanuel Macron attendu en Gironde ce mercredi. Une semaine après le début des incendies, le chef de l'Etat se rendra "aux côtés des sapeurs-pompiers, des personnels de la sécurité civile, des forces de l'ordre, des élus et de l'ensemble des personnes mobilisées", précise l'ElyséeLe président a aussi demandé à la Première ministre Elisabeth Borne et au gouvernement de "poursuivre et de renforcer encore l'action engagée pour lutter" contre ces feux, "tout en augmentant la capacité d'action nationale pour les semaines à venir". 

 Environ 35 000 personnes ont déjà être évacuées. Et des évacuations sont encore en cours : c'est le cas des 2 000 habitants de la commune de Saint-Symphorien, située à une vingtaine de kilomètres au sud de Landiras. Quand pourront-ils rentrer chez eux ? Impossible d'avancer une date. "Nous ne sommes pas en mesure de dire aux gens quand ils pourront rentrer à la maison", a estimé le sous-préfet d'Arcachon, Ronan Léaustic, lors de son point presse. 

  Plus de 20 000 hectares ravagés en Gironde. Près de 2 000 pompiers venus de toute la France sont toujours mobilisés contre les incendies qui ont brûlé 7 000 hectares de forêt à La Teste-de-Buch et 13 300 à Landiras, selon le dernier bilan de la préfecture donné mardi à 18h40. Un troisième feu, de plus petite ampleur, a été fixé, mardi, après s'être déclaré à Vensac, dans la matinée, brûlant 70 hectares. 

Vous êtes à nouveau en ligne