Décès d'un pilote de bombardier d'eau dans un crash : Emmanuel Macron salue un "héros français" qui "a donné sa vie pour celle des autres"

Un avion Tracker photographié en avril 2006, à Sanary-sur-Mer (Var).
Un avion Tracker photographié en avril 2006, à Sanary-sur-Mer (Var). (ERIC ESTRADE / AFP)

Quelque 150 hectares sont partis en fumée à Générac.

Un avion bombardier d'eau qui intervenait vendredi 2 août sur les incendies dans le Gard s'est écrasé en fin d'après-midi près de la ville de Générac, ont annoncé les pompiers. Le pilote de l'appareil est mort, selon la préfecture, qui annonce qu'une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de cet accident.

Le pilote n'a pas survécu au crash. "A 17h20, un pilote de Tracker de la Sécurité civile a perdu tragiquement la vie alors qu'il combattait courageusement l'incendie en cours", a déclaré dans un communiqué la préfecture du Gard. Un Tracker est un bombardier d'eau d'une capacité de 3 600 litres plus petit que le Canadair.

Trois incendies sont en cours dans le Gard. Selon un point de la préfecture à 17 heures, au total 530 pompiers et une centaine de gendarmes sont mobilisés pour maîtriser les flammes à Vauvert, Montignargues et Générac, où 150 hectares sont partis en fumée.

 De tels accidents sont rarissimes. Parmi les derniers drames similaires en France, celui d'un Canadair qui s'était écrasé en mer, le 1er août 2005, avec son pilote et son copilote, à Calvi en Haute-Corse.

Vous êtes à nouveau en ligne