DIRECT. Le foyer principal de l'incendie dans l'usine Lubrizol de Rouen est éteint, annonce la préfecture de Seine-Maritime

De la fumée s\'élève au-dessus de l\'usine Lubrizol touchée par un incendie, le 26 septembre 2019, à Rouen (Seine-Maritime).
De la fumée s'élève au-dessus de l'usine Lubrizol touchée par un incendie, le 26 septembre 2019, à Rouen (Seine-Maritime). (JOCELYN MORAS / AFP)

Le site, qui fabrique des additifs pour lubrifiants et est classé Seveso, a commené à brûler dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le foyer principal de l'important incendie qui s'était déclaré à l'usine Lubrizol de Rouen (Seine-Maritime) dans la nuit du mercredi 25 au jeudi 26 septembre est éteint, annonce la préfecture de Seine-Maritime à franceinfo, jeudi dans la soirée. Le site fabrique des additifs pour lubrifiants et est classé Seveso (sites industriels à risques). Il existe "des risques d'odeur" après l'extincition du feu, précise la préfecture sur Twitter.

L'incendie a été maîtrisé. Le feu, qui s'est déclaré à 2h48 jeudi matin, a été éteint dans la soirée. Les personnes résidant à proximité de l'usine "pourront dès ce [jeudi] soir regagner leurs appartements", a indiqué le préfet de Normandie, Pierre-André Durand, lors d'un point-presse.

Les transports en commun à l'arrêt. Les transports en commun de l'agglomération de Rouen se sont arrêtés "progressivement" jeudi après-midi et devraient reprendre normalement vendredi matin. Une mesure de précaution pour assurer la sécurité des voyageurs et du personnel.

Pas de victime. "Il n'y a pas, à l'heure actuelle, de victime", indique la préfecture. Plus de deux cents sapeurs-pompiers sont déployés sur le site. Une cellule de crise a été mise en place et la direction a activé le plan d'opération interne. Il n'y a "pas de toxicité aiguë sur les principales molécules" dans la fumée qui se dégage, selon les premières analyses, annonce le préfet.

Les établissements scolaires proches fermés. Par mesure de précaution, "les établissements scolaires (écoles, collèges, lycées) et les crèches" sont fermés dans treize communes, indique la préfecture. Il s'agit de Rouen, Bois-Guillaume, Mont-Saint-Aignan, Isneauville, Quincampoix, Saint-Georges-sur-Fontaine, Saint-André-sur-Cailly, La Rue-Saint-Pierre, Saint-Germain-sous-Cailly, Cailly et Bosc-Guérard-Saint-Adrien, Canteleu et Bihorel.

La population du secteur invitée à rester chez elle. La préfecture invite les habitants dans un périmètre de 500 mètres autour de l'entreprise à rester chez eux. "Les maisons de retraites font l'objet d'une mesure de confinement", ajoute-t-elle.

Vous êtes à nouveau en ligne