Commande de six avions bombardiers d'eau : "Ce n'est pas un scoop, c'est ce qui était prévu", déplore le syndicat des pilotes

Un Canadair dans le sud de la France.
Un Canadair dans le sud de la France. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

Malgré l'annonce de la commande de six avions Dash 8 pour lutter contre les feux, Stéphan Le Bars, pilote de Canadair et responsable du SNPNAC, s'inquiéte de "l'état de la flotte actuellement". 

Un syndicat de pilotes de Canadair alerte sur le manque d'appareils, alors que plusieurs incendies sont en cours dans le sud-est de la France mercredi 26 juillet. Le SNPNAC a interpellé la Sécurité civile mardi. "Nous n'avons pas les moyens aériens suffisants, la situation est explosive", a alerté sur franceinfo mercredi Stéphan Le Bars, pilote de Canadair et responsable du SNPNAC.

franceinfo : Vous dénoncez un manque de moyens ?

Stéphan Le Bars : Nous avons 5 Canadair en moins sur les 12, pour des raisons techniques, manque de pièces, maintenance qui prend beaucoup trop de temps. Nous avons lancé un cri d'alarme auprès de la direction générale le 18 juin, disant que la saison allait être terrible, que nous n'avions pas les moyens aériens suffisants. Aujourd'hui, la situation est explosive, nous n'avons pas les moyens aériens pour épauler et soutenir les troupes au sol.

Ces avions sont trop utilisés ?

Comme au début de la saison nous n'avons pas eu le format maximum, les avions sur lesquels nous travaillons souffrent de plus en plus, comme ce sont toujours les mêmes qui vont au feu, et la flotte diminue. Si on n'est pas à 100% à l'entrée du match, les forces diminuent. Et c'est au plus fort de l'activité, quand on a le plus besoin des avions qu'ils nous manquent cruellement.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a annoncé la commande de six avions Dash 8 pour lutter contre les feux, vous êtes satisfait ?

Cela ne nous satisfait pas du tout. Ce n'est pas un scoop, c'est ce qui était prévu dans le cadre du remplacement des trackers, les avions utilisés également pour soulager les troupes au sol. Notre préoccupation aujourd'hui, c'est l'état de la flotte actuellement. On n'a pas les avions pour pouvoir intervenir. Nous sommes au tiers de la saison, on ne va pas tenir. Il faut absolument tout faire pour que la flotte aérienne soit remise très rapidement en ordre de bataille pour agir au plus vite. Si nous n'avons pas les douze avions nous ne pouvons pas intervenir de manière simultanée sur plusieurs chantiers, et on se retrouve bloqués sur un chantier, et on a des feux livrés à eux-mêmes.

Quel âge ont les Canadair que vous utilisez ?

Ce sont des avions qui ont entre 20 et 25 ans, qui sont en très bon état à partir du moment où ils sont entretenus et que les pièces détachées arrivent en temps et en heure. Aujourd'hui, notre problème est là. Nous n'avons plus les pièces détachées. Ce sont des avions qui vont aller jusqu'à 35, 40 ans, voire plus loin. À partir du moment où il est correctement entretenu, c'est un avion qui peut durer très longtemps.