Bormes-les-Mimosas, Martigues, Carro... Où en sont les incendies qui dévastent le sud-est de la France ?

Des plagistes quittent les lieux alors qu\'une forêt est en feu à Bormes-les-Mimosas (Var), mercredi 26 juillet 2017.
Des plagistes quittent les lieux alors qu'une forêt est en feu à Bormes-les-Mimosas (Var), mercredi 26 juillet 2017. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Les feux qui ravagent le sud-est de la France ne faiblissent pas à certains endroits, notamment dans le Var, où plus de 10 000 personnes ont été évacuées. 

Quatrième jour de mobilisation pour les pompiers, qui luttent sans relâche contre plusieurs incendies dans le sud-est de la France. Depuis le début de la semaine, environ 7 000 hectares de végétation sont partis en fumée et si des feux sont enfin circonscrits, jeudi 27 juillet, d'autres continuent de faire rage ou reprennent alors qu'ils étaient pourtant "fixés". Le Var est particulièrement concerné, mais l'incendie de Bormes-les-Mimosas, objet de toutes les inquiétudes, semble enfin maîtrisé. Franceinfo fait le point sur la situation.

>> Suivez dans notre direct l'évolution de la situation sur le front des incendies

A Bormes-les-Mimosas, le feu enfin "maîtrisé"

Vers 5h30, jeudi matin, le feu de Bormes-les-Mimosas était "maîtrisé" et "sous surveillance". Quelque 1 200 personnes ont passé la nuit dans les salles et les gymnases mis à disposition par la commune, où l'incendie a ravagé plus de 1 700 hectares, a appris franceinfo auprès de la cellule de crise de la mairie.

"On a encore trois ou quatre points chauds qui risquent de repartir à tout moment, a ajouté le lieutenant-colonel Michel Dutreux, sur franceinfo. Ces points chauds se trouvent à des endroits inaccessibles". En revanche, "aucune habitation" n'est directement menacée. Au total, 520 pompiers sont mobilisés et 110 camions sont toujours engagés sur le terrain.

Quelque 1 200 personnes ont passé la nuit dans les salles et les gymnases mis à disposition par la commune de Bormes-les-Mimosas (Var), dans la nuit du mercredi 26 au jeudi 27 juillet 2017.
Quelque 1 200 personnes ont passé la nuit dans les salles et les gymnases mis à disposition par la commune de Bormes-les-Mimosas (Var), dans la nuit du mercredi 26 au jeudi 27 juillet 2017. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Le Premier ministre Edouard Philippe a effectué une visite dans la commune, mercredi soir, accompagné du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. Il a indiqué que la situation restait "intense" et "difficile" dans le Sud-Est, mais qu'elle "s'améliorait" néanmoins.

Au plus fort de l'incendie de Bormes-les-Mimosas, dans la nuit de mardi à mercredi, 12 000 personnes, dont 3 000 campeurs, avaient dû être évacuées. Des évacuations avaient eu lieu par la mer au fort de Brégançon et cinq centres d’accueil ont été mis à disposition.

A Martigues et Artigues, les pompiers mobilisés

• L'incendie d'Artigues (Var) est toujours actif jeudi matin, selon France Bleu Provence. Au total, 450 pompiers sont mobilisés pour lutter contre les flammes qui ont parcouru entre 1 700 et 1 800 hectares, avant d'être stoppées à 80 mètres des habitations du village de Seillons-Sources-d'Argens, qui a en partie été évacué. Dans cette partie du département, le vent souffle plus fort que sur le littoral, ce qui complique le travail des soldats du feu.

• Dans les Bouches-du-Rhône, l'incident qui menaçait le village de Carro, sur la commune de Martigues, est enfin maîtrisé, selon France Bleu Provence. Au total, 150 hectares sont partis au fumée et 230 pompiers restent mobilisés ce jeudi matin. La garde à vue de deux adolescents a été prolongée, révèle France Bleu Provence, car des allumettes, des briquets et des jumelles ont été découverts dans leur sac à dos. Ils avaient été retrouvés sur leur vélo, en haut d'une colline aux abords de l'incendie.

Des départs de feu dans les Bouches-du-Rhône et le Gard "fixés"

• Un départ de feu a également été signalé mercredi dans le massif Le Regagnas, sur la commune de Peynier (Bouches-du-Rhône). A 14 heures, l'incendie était contenu. Au moins deux personnes ont été placées en garde à vue par les gendarmes. Elles auraient provoqué un incendie involontairement.

• Dans le Gard, un incendie a démarré mercredi matin sur la colline de Villeneuve-lès-Avignon près du Mas de Carles, au-dessus de Pujaut. Il a parcouru plus de 10 hectares et il a été circonscrit. Sur place, 130 pompiers et 10 gendarmes luttaient contre l'incendie, avec 30 engins.

• Un autre incendie s'est déclaré sur le chemin de Tholozan, au nord de Nîmes, mercredi après-midi. Il a détruit seize hectares avant d'être maîtrisé par les pompiers.

En Haute-Corse, dans les Alpes-Maritimes, le Var et le Vaucluse, le feu circonscrit

• A La Croix-Valmer (Var), près de Saint-Tropez, le feu qui était considéré comme maîtrisé mardi soir a repris mercredi, avant d'être de nouveau arrêté par les soldats du feu.

• L'incendie de La Bastidonne (Vaucluse), dans le Luberon, est désormais considéré comme éteint, même si des fumées peuvent encore être aperçues, rapporte France Bleu Vaucluse, jeudi matin. Au total, 160 pompiers restent mobilisés. Ils sont chargés de "noyer" les zones qui ont brûlé. Plus de 1 200 hectares ont été ravagés par les flammes depuis lundi. Deux pompiers, brûlés aux mains et au visage, sont toujours hospitalisés à l'hôpital de la Conception à Marseille, mais leurs jours ne sont pas en danger.

• Dans les Alpes-Maritimes, l'incendie de Carros, au nord de Nice, est fixé depuis mardi matin. Les flammes ont parcouru au moins 90 hectares. L'incendie serait d'origine volontaire d'après la procureure de Grasse.

• En Haute-Corse, le maire d'Olmeta-di-Tuda a porté plainte contre X après le feu qui a détruit 1 800 hectares dans la commune depuis lundi. Le procureur de la République de Bastia a indiqué n'écarter aucune hypothèse. Ils sont 322 pompiers à être toujours sur place du côté de Biguglia et Olmeta-di-Tuda.