Val-de-Marne : le mystère de la moto qui roulait toute seule enfin élucidé

Une vidéo filmée le 28 mai montrait une moto roulant sans pilote sur l\'A4 entre le Val-de-Marne et Paris. Elle n\'était pas truquée.
Une vidéo filmée le 28 mai montrait une moto roulant sans pilote sur l'A4 entre le Val-de-Marne et Paris. Elle n'était pas truquée. (Le Parisien)

Une vidéo prise par un automobiliste montrait, le 28 mai, une Harley-Davidson sans pilote sur l'A4. "Le Parisien" a recueilli le témoignage du conducteur accidenté qui a perdu le contrôle de sa machine. La moto a ensuite roulé seule pendant 9 km.

Pour certains, il s'agissait d'un canular. Une vidéo filmée le 28 mai montrait une moto roulant sans pilote sur l'A4 entre le Val-de-Marne et Paris. Une course folle de près de 9 kilomètres et qui s'est terminée quai de Bercy, à Bercy. Le Parisien donne l'explication, lundi 12 juin, de cette étonnante course solitaire. 

Deux semaines plus tard, Le Parisien a retrouvé le propriétaire de la grosse cylindrée. Souhaitant garder l'anonymat, il lève le voile sur ce mystère. Ce motard a été victime d'un accident. Ce soir-là, vers 20 heures, alors qu'il roule tranquillement à 90 km/h en direction de Paris, une voiture s’engage sur l’A86 alors qu'il poursuit sa route sur l’A4. Mais subitement, le conducteur de la voiture change d’avis et revient sur sa gauche en coupant le zébra. C'est l'accident. "Par instinct de survie, j’ai eu le réflexe de pousser la moto vers l’avant" pour éviter d'être écrasé, explique le motard, qui se fait appeler Joris. 

Il chute lourdement, mais son engin, qui n'est pas déstabilisé par le choc avec la voiture, continue sa route, à vitesse constante. "Je l’ai vue partir loin", se rappelle-t-il. Récupéré par le conducteur de la voiture qui l'a percuté, il est conduit aux urgences, blessé à la jambe et aux bras. 



La moto, quant à elle, n'est pas retrouvée par les policiers. Il faut attendre deux jours pour avoir des nouvelles de son engin et comprendre qu'il a roulé tout seul pendant près de 9 kilomètres avant de finir sa course quai de Bercy, à Paris. 

Certains ont dit que c’était bidonné, que ma moto avait un régulateur ou un téléguidage… Tout ça est faux. JorisLe Parisien

"C’est un engin avec un centre de gravité très bas, explique l’un d’entre eux. Au moment du choc, s’il roulait en troisième ou en quatrième, le temps que cela décélère peut être long", explique-t-il.

Vous êtes à nouveau en ligne