Attaque à l'aéroport d'Orly : les analyses toxicologiques révèlent que l'assaillant était sous l'emprise d'alcool et de stupéfiants

Des membres du Raid sécurisent l\'aéroport d\'Orly (Val-de-Marne), le 18 mars 2017.
Des membres du Raid sécurisent l'aéroport d'Orly (Val-de-Marne), le 18 mars 2017. (MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY / AFP)

Ziyed Ben Belgacem a été abattu, samedi matin, après avoir tenté de dérober l'arme d'une militaire.

Les analyses toxicologiques pratiquées sur le corps de Ziyed Ben Belgacem, l'homme qui a attaqué des militaires dans le terminal sud de l'aéroport d'Orly samedi 18 mars, montrent qu'il était sous l'emprise de stupéfiants et d'alcool, selon les informations de France 2. Il avait 0,93 g d'alcool par litre de sang, et des traces de cocaïne et de cannabis ont été retrouvées. Plus tôt dans la journée de ce dimanche 19 mars, les gardes à vue de son frère et de son cousin avaient été levées. 

Ziyed Ben Belgacem connu des services de police et de renseignement. "Son casier judiciaire fait état de neuf mentions, notamment pour des faits de violence, d’outrage, de recel", a expliqué François Molins. Le procureur de Paris a évoqué plusieurs condamnations à des peines de prison pour vol avec arme et trafic de stupéfiants.

Soupçons de radicalisation. L'assaillant d'Orly avait par ailleurs "été repéré comme radicalisé à l’occasion d’un passage en détention". Dans le cadre de l'état d'urgence voté après les attentats du 13-Novembre, "il avait fait l’objet d’une perquisition administrative qui avait amené la police à découvrir chez lui de 4 clés USB et d’une carte SD dont l’exploitation n’avait rien donné", a affirmé François Molins.

Reprise progressive du trafic à Orly. Après plusieurs heures d'interruption, Aéroports de Paris a annoncé la reprise du trafic samedi, vers 13 heures à Orly-Ouest, puis 15 heures pour Orly-Sud. La situation devrait revenir à la normale dimanche.

Vous êtes à nouveau en ligne