Hérault : un an de prison avec sursis pour une mère qui avait laissé ses enfants pour passer la nuit en discothèque

Photo d\'illustration d\'un avocat à l\'entrée du tribunal de Versaille, en juin 2017.
Photo d'illustration d'un avocat à l'entrée du tribunal de Versaille, en juin 2017. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Une mère de famille avait laissé ses deux enfants de 6 et 10 ans seuls pour aller en boîte de nuit, à Agde. Lundi, elle a été condamné à un an de prison avec sursis.

Une mère de famille a été condamnée, lundi, à un an de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Béziers (Hérault) pour avoir laissé ses deux enfants de 6 et 10 ans seuls avant d'aller passer sa soirée en boîte de nuit, rapporte mardi 13 juin France Bleu Hérault.

Une soirée chaotique

Le 7 mai 2016 au matin, les policiers ont été appelés pour une femme de 42 ans, visiblement éméchée, qui faisait du bruit au pied de son immeuble, à Agde. La mère de famille a alors expliqué aux forces de l'ordre être d'abord sortie pour acheter un paquet de cigarettes, après avoir fermé l'appartement à clé. Elle s'est ensuite rendue dans une discothèque, expliquant qu'il s'agissait du seul endroit où elle pouvait trouver du tabac. La quadragénaire affirme avoir accepté un verre offert par un inconnu, puis ne plus se souvenir du reste de la nuit.

Les policiers ont découvert que la famille vivait dans un appartement en désordre, très sale, dans lequel les enfants dormaient dans une chambre-cabine très étroite, et où le chien était enfermé dans la salle de bains. Les policiers ont également repéré la présence d'un homme, lui aussi complètement ivre, dormant sur le canapé. Il s'agissait d'un ami de la maman, entré dans l'appartement par la fenêtre.

Le frère et la soeur en familles d'accueil

À l'annonce de sa condamnation, l'intéressée a déploré subir "de graves conséquences… tout ça pour un paquet de cigarettes !". La maman affirme également avoir souhaité porter plainte pour viol à l'issue de cette soirée chaotique, mais ajoute que la police aurait refusé de prendre sa plainte. Le conseil départemental, qui suit cette famille depuis des années, a décidé de placer le frère et la sœur dans des familles d'accueil.