Hautes-Pyrénées : quatre gendarmes meurent dans le crash de leur hélicoptère

(Un hélicoptère EC145 du PGHM identique à celui qui s'est écrasé dans les hautes-Pyrénées. © MaxPPP)

Quatre gendarmes ont été tués dans le crash d'un hélicoptère de la gendarmerie, sur les hauteurs de Cauterets, dans les Hautes-Pyrénées. Leur appareil aurait heurté une paroi pour une raison encore indéterminée.

L'accident d'un hélicoptère de la gendarmerie a coûté la vie à quatre gendarmes ce vendredi midi dans les Hautes-Pyrénées. L'appareil s'est écrasé accidentellement à 3.300 mètres d'altitude, au pied du Vignemale, sur les hauteurs de Cauterets. L'hélicoptère appartenait à la compagnie de gendarmerie du Tarbes. A bord, se trouvait le pilote, un mécanicien ainsi que deux gendarmes du Peloton de gendarmerie de haute montagne de Pierrefite-Nestalas ont péri dans la catastrophe. Ils participaient à un exercice de sauvetage, un entrainement qui impliquait également une équipe au sol. 

Enquête pour homicide involontaire 

Le procureur de la République de Tarbes, Eric Serfass a ouvert une enquête pour homicide involontaire, confiée à la gendarmerie des transports aériens. Les circonstances du drame ne sont pas précisément connues. On sait que la météo était favorable avec du soleil. Mais le procureur rappelle que le pilotage d'hélicoptère en haute-montagne est un exercice difficile même par beau temps.

Le procureur de la République de Tarbes, Eric Serfass
--'--
--'--

L'accident s'est produit à midi dans une zone montagneuse très difficile d'accès. Les sauveteurs sont arrivés une heure après le crash."Le pilote était chef de la base, un homme expérimenté"  a précisé la préfète des Hautes-Pyrénées, Anne-Gaëlle Beaudoin-Clerc. Selon un haut-responsable de la gendarmerie, l'hélicoptère a heurté une paroi pour une raison encore indéterminée.

"On avait une équipe de professionnels expérimentés" Anne-Gaëlle Beaudoin-Cler, préfète des Hautes-Pyrénées
--'--
--'--

Des moyens aériens et terrestres ont été envoyés sur zone pour participer aux secours.  Mais aucun renfort n'est encore arrivé sur zone, selon le Sirpa.  Une cellule de crise a été activée à la préfecture des Hautes-Pyrénées. 

"Une immense tristesse" pour Manuel Valls 

Dans un communiqué, Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur a fait part de ses "sincères condoléances aux familles et aux proches des victimes".  Et il "assure leurs camarades de leur entier soutien". François Hollande a "fait part de son émotion" et il "témoigne la pleine solidarité de la Nation".  Manuel Valls, le Premier ministre, lui, a fait part de son "immense tristesse" après le drame. 

(©)
(©)