Haute-Vienne : quatre hommes interpellés pour une quarantaine de cambriolages autour de Bellac

Bellac (Haute-Vienne)
Bellac (Haute-Vienne) (GOOGLE MAPS)

Ils auraient dérobé l'équivalent de 100 000 euros.

Quatre hommes soupçonnés d'avoir commis une quarantaine de cambriolages dans le secteur de Bellac, en Haute-Vienne, à une quarantaine de kilomètres au nord de Limoges, ont été interpellés mardi 11 décembre, rapporte France Bleu Limousin. Ils auraient dérobé, depuis l'été dernier, l'équivalent de 100 000 euros.

Deux des suspects ont été incarcérés, les deux autres sont placés sous contrôle judiciaire strict. Le parquet de Limoges a ouvert une information judiciaire.

Les cambriolages en forte hausse depuis juillet

Depuis juillet 2018, le nord du département de la Haute-Vienne, et particulièrement le secteur de Bellac, connaissait une forte augmentation du nombre de cambriolages. Les gendarmes de Bellac, et ceux de la brigade de recherches de Limoges, cherchaient à coincer les auteurs depuis un moment. Ils sont parvenus à leurs fins samedi, en interpellant ces quatre hommes âgés de 25, 30 et 33 ans. Ce sont leurs nombreuses ventes sur le site "Le Bon coin" qui ont éveillé les soupçons des enquêteurs.

Ils sont soupçonnés d'avoir commis une quarantaine de cambriolages, pour un butin estimé d'au moins 100 000 euros, aussi bien chez des particuliers que dans des locaux professionnels. Ils seraient aussi coupables de plusieurs vols à l'étalage ou à la roulotte.

Cartes bancaires, chéquiers, bijoux, outils

Côté butin, cela dépend un peu de ce qui tombe sous leurs mains : cartes bancaires, chéquiers, bijoux, multimédia... Mais surtout des outils, allant du compresseur à la scie circulaire, en passant par le marteau perforateur.

Vendredi, les gendarmes comptaient 86 scellés, et les objets n'ont pas encore tous été récupérés. La majorité des propriétaires ont été identifiés, et pourront récupérer leurs biens, ont précisé les gendarmes.

Les quatre hommes interpellés sont originaires du nord de la France, ils ne sont installés que depuis quelques mois dans le secteur de Bellac. Ils ont été déférés jeudi au parquet de Limoges, qui a ouvert une information judiciaire.

Vous êtes à nouveau en ligne