Halloween : 116 personnes interpellées après des violences à Lyon, Étampes, Metz ou encore Rennes

Des incidents ont éclaté sur la place Bellecour. (illustration)
Des incidents ont éclaté sur la place Bellecour. (illustration) (JEAN-FRAN?OIS FREY / MAXPPP)

A Montgeron, les policiers ont été visés par un jet de bouteille d'acide, alors qu'ils intervenaient pour éviter un pillage dans un centre commercial. Une adolescente de 13 ans a été interpellée.

La nuit d'Halloween a été marquée par des scènes de violences urbaines à Lyon, Etampes, Metz ou encore Rennes, selon les informations recueillies par franceinfo et France Bleu. Pourtant, la nuit d'Halloween 2018 a eu "moins de gravité" que celle de l'an passé, "parce qu'on a anticipé" en déployant des renforts sur le territoire, soit 15 000 forces de l'ordre au total, a déclaré le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner jeudi 1er novembre. 

Selon un bilan encore provisoire, 116 personnes ont été interpellées et 82 placées en garde à vue. Le ministre insiste pour dire qu'il y a eu "bien moins de dégâts matériels" qu'une nuit de Nouvel An, et rappelle que Halloween "doit rester une fête" tout en dénonçant "l'appel à la purge".

Le nombre de villes s'est étendu

La situation a été particulièrement compliquée dans le département de l'Essonne, au sud de Paris. A Montgeron, les policiers ont été visés par un jet de bouteille d'acide, alors qu'ils intervenaient pour éviter un pillage dans un centre commercial. Une adolescente de 13 ans a été interpellée. 

En 2017, "il y avait trois ou quatre endroits où des faits marquants avaient été mis en exergue, là, on est sur un nombre de villes touchées qui s'est clairement étendu", déclare de son côté Loïc Travers, secrétaire national adjoint du syndicat de police Alliance, sans pour autant faire le lien, à ce stade, avec la diffusion sur les réseaux sociaux de messages appelant à une "purge" des policiers le soir d'Halloween.

"Le lien direct n'est pas facile à établir. Ce sont les auditions, les saisies de téléphone qui permettront de remonter jusqu'à cet appel à la purge", a souligné Loïc Travers.  La nuit d'Halloween a été marquée "dès 18h, 18h30" par les mêmes "phénomènes" que lors du "Nouvel An ou du 14-Juillet", avec "des feux de poubelles et voitures, des groupes qui déambulent armés dans les rues, des faits particuliers de jet d'acide sur des policiers, des tirs de mortier, des caillassages, et plus grave encore des pillages de magasins avec des vols d'articles pyrotechniques", a énuméré Loïc Travers. Selon lui, une femme qui était au volant de sa voiture a été "touchée par une boule de pétanque" mais n'a "pas été grièvement blessée".

Scène de pillage à Etampes

Une scène de pillage s'est également produite dans un magasin de sport à Etampes, où les policiers ont cette fois été visés par des tirs de mortier. Des dégradations ont par ailleurs été commises à Draveil, Vigneux-sur-Seine, Montgeron ou encore aux Ulis. A Saint-Michel-sur-Orge, un groupe d'une quarantaine de personnes s'en est pris au mobilier urbain. 

A Lyon aussi la nuit a été agitée en centre-ville, principalement dans le quartier de la place Bellecour. Des petits groupes ont mis le feu à des poubelles, brisé des vitrines et jeté des projectiles sur les forces de l'ordre qui essayaient d'intervenir. Sept personnes ont été interpellées.

Des incidents ont également été signalés à Metz, Toulouse, Rennes, Grenoble ou encore Vienne, avec à chaque fois des feux de poubelle ou de voitures.   Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avait demandé mercredi aux préfets "une mobilisation renforcée", après la diffusion sur les réseaux sociaux de messages appelant à une "purge" des policiers le soir d'Halloween.

Vous êtes à nouveau en ligne