Gironde : explosions et violent incendie dans une zone industrielle de Bassens, deux pompiers légèrement blessés

Un incendie s\'est déclaré sur le site de l\'entreprise CD Trans à Bassens (Gironde), dimanche 3 avril 2016, entraînant des explosions de citernes de gaz liquéfié.
Un incendie s'est déclaré sur le site de l'entreprise CD Trans à Bassens (Gironde), dimanche 3 avril 2016, entraînant des explosions de citernes de gaz liquéfié. (FRANCE 3 AQUITAINE)

Un incendie s'est propagé à des camions citernes de gaz liquéfié, sur le site de l'entreprise CD Tans.

Deux pompiers ont été légèrement blessés – au genou et à l'oreille – lors d'une intervention dans une zone industrielle à Bassens (Gironde), dimanche 3 avril. Avant 7 heures, un premier incendie s'est déclaré dans un camion-citerne garé sur un parking de stockage de la société CD Trans, spécialisée dans le transport de matières dangereuses et classée Seveso seuil bas. Cette première explosion a projeté des débris métalliques jusqu'à l'extérieur de la société, certains se retrouvant dans des jardins d'habitations.

Après cette première déflagration, de 5 à 10 camions-citernes ont également pris feu et une seconde forte explosion a retenti. Selon les premiers éléments de l'enquête, les citernes des poids lourds contenaient en effet des résidus de gaz liquéfié. L'entreprise est spécialisée dans le transport d'hydrocarbures, de gaz liquéfié et de bouteilles de gaz.

Des hangars éventrés par les explosions

Quelque 85 pompiers ont été déployés sur le site et sont parvenus à maîtriser le feu avant 10 heures. Tout risque de pollution a été écarté, selon les pompiers, l'eau utilisée pour éteindre le feu ayant été récupérée. "Il n'y a pas eu d'évacuation aux abords du site", a précisé la préfecture à francetv info. La mairie de Bassens a ouvert la salle des fêtes, afin d'accueillir les riverains inquiets. Voici les premières images tournées par nos confrères de France 3 Aquitaine

Certains hangars ont été éventrés par le souffle, précisent encore nos confrères.

L'origine de l'incendie n'est, à ce stade, "pas encore déterminée", selon la préfecture. En charge de l'enquête, la direction départementale de la sécurité publique ne peut pas encore dire "si l'origine est accidentelle ou intentionnelle".

Vous êtes à nouveau en ligne