Fusillade mortelle à Toulouse : un jeune homme en garde à vue

(Maxppp)

Un jeune homme de 29 ans est en garde à vue ce dimanche à Toulouse, une semaine après la fusillade qui a eu lieu dans le quartier des Izards. Un jeune homme avait été mortellement blessé le 8 décembre, atteint par des rafales d'arme de guerre tirées contre un immeuble. Une marche silencieuse est organisée en sa mémoire dans le quartier toulousain, ce dimanche après-midi.

Moins d'une semaine après la fusillade mortelle qui s'est déroulée dans le quartier des Izards à Toulouse, un jeune homme de 29 ans se trouve en garde à vue. Le suspect a été interpellé vendredi après-midi dans le quartier toulousain. "La garde à vue est en cours, dans le cadre de l'instruction pour les événements des 5 et 9 décembre " a déclaré une source judiciaire.

Cet homme de 29 ans est connu des services de police indique La Dépêche du Midi. Il "avait déjà été interpellé, il y a quelques mois, dans le cadre de "l'affaire Merah" et des supposées complicités du tueur au scooter. Il avait été relâché et laissé libre " écrit  le quotidien régional. Le journal évoque aussi la thèse d'un réglement de compte qui pourrait être lié à un traffic de stupéfiants pour les fusilades de la semaine dernière.

Des tirs à la Kalachnikov

Dimanche dernier peu avant minuit, Nabil Benani, 18 ans, avait été atteint d'une balle à l'abdomen, quand un ou plusieurs tireurs avaient fait usage d'une arme de type Kalachnikov contre un bâtiment situé en plein coeur des Izards, au nord de Toulouse. Il avait succombé deux jours plus tard à ses blessures. Un autre jeune homme de 18 ans avait été blessé à la main pendant cette fusillade.

Nabil Benani y était employé à la boulangerie familiale et jouait au club de foot du quartier. Il n'avait pas de casier judiciaire et était décrit comme "un garçon avenant" et "respectueux" par des amis de sa famille.

C'est en mémoire de ce jeune homme que 500 personnes ont marché silencieusement ce dimanche à travers les Izards jusqu'au quartier voisin de Borderouge. Des élus de gauche appartenant au Parti socialiste, Parti communiste et Parti de gauche étaient présents à la marche silencieuse.

Coups de feu régulier en une semaine

"Bien sûr, nous irons à la marche pour Nabil. Ce sera une marche pacifique, silencieuse, sans débordement ni quoi que ce soit: on a perdu un jeune du quartier, un enfant, un frère. C'est seulement pour soutenir ses parents ", avait dit Sabria Bentrob, une des mères ayant fondé en novembre l'association Attitude pour recréer un lien avec tous les habitants des Izards.

C'était la troisième fois, en moins d'une semaine, que des coups de feu retentissaient dans ce quartier où les immeubles de quelques étages côtoient de petites maisons. Le 5 décembre, un cycliste y avait été la cible d'un tir, sans être touché, alors qu'il prenait la fuite après avoir été percuté par une voiture. Le 4, deux hommes à scooter avaient tiré une rafale sur les devantures de deux commerces. Après cette série de tirs, le parquet de Toulouse a ouvert deux informations judiciaires pour meurtre et tentatives de meurtre.

Plaque tournante du trafic de drogue à Toulouse, les Izards sont classés depuis 2012 en Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP). Ils avaient été le quartier d'attache de Mohamed Merah, le tueur au scooter qui avait assassiné en 2012 trois militaires ainsi que trois enfants et un professeur juifs au nom du jihad.

Vous êtes à nouveau en ligne