Filmé par un voisin en train de battre son chien, un homme est condamné à 6 mois de prison ferme

Capture d\'écran de la vidéo, filmée par un voisin, du propriétaire maltraitant son chien.
Capture d'écran de la vidéo, filmée par un voisin, du propriétaire maltraitant son chien. (TOUS DROITS RÉSERVÉS)

Un habitant de Villeneuve-Saint-Georges, dans le Val-de-Marne, a été condamné jeudi par le tribunal correctionnel de Créteil à 6 mois de prison ferme pour avoir battu son chien. Il a été incarcéré.

Le propriétaire d'un chien Jack Russel a été condamné jeudi 10 août par le tribunal correctionnel de Créteil à 6 mois de prison ferme pour avoir battu son chien. Dans une vidéo postée mardi sur YouTube par l’association de protection animale Stéphane Lamart, on voit cet habitant de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) saisir le corps de son chien par les pattes, le fouetter à plusieurs reprises avant de le jeter à terre et lui donner un violent coup de pied. "La façon d'infliger les coups avec un bâton, en le tenant par les pattes arrière, et de le jeter par terre avant de shooter dedans comme un ballon de football, relève bien de l'acte de cruauté", a estimé le procureur.

Les voisins alertés par les hurlements du chien

Ce sont les hurlements à répétition du chien, prénommé Jocker, qui ont alerté les voisins. L’un d’entre eux a filmé la scène et prévenu l’association de protection animale, qui a ensuite porté plainte à l’encontre du propriétaire, pour actes de cruauté. "En montrant la vidéo, cela a permis d'éclairer ce qu'a subi l'animal exactement, de mieux ressentir la douleur de celui-ci et de mieux éclairer le parquet sur le comportement" de la personne mise en cause, a expliqué Stéphane Lamart, joint par franceinfo. 

Lorsque le procureur de la République a souhaité montrer la vidéo, on a bien vu la grimace du président et ça permet d'avoir des condamnations exemplaires.Stéphane Lamart, président de l'association de défense animale du même nomà franceinfo

Le voisin, auteur de la vidéo, qui avait déjà posé une main courante en juillet 2016 pour signaler les faits a affirmé que les agissements ont commencé il y a trois ans, sur un autre chien. L’association ignore ce qu’est devenu cet animal.