Femme retrouvée morte énucléée à Bordeaux : l'autopsie n'accrédite pas en l'état la thèse criminelle, son compagnon relâché

La rue Basque, dans le quartier de Caudéran à Bordeaux (Gironde). 
La rue Basque, dans le quartier de Caudéran à Bordeaux (Gironde).  (GOOGLE MAPS)

Les investigations médico-légales à venir devront déterminer la cause de la mort de la victime de 79 ans.

Les résultats de l'autopsie réalisée sur le corps de la femme de 79 ans retrouvée morte, le visage "dépecé", mercredi 7 juin dans sa voiture à Bordeaux, ne permettent pas en l'état d'accréditer la thèse criminelle, a annoncé vendredi le procureur de la République de Bordeaux dans un communiqué.

Son compagnon de 68 ans, qui avait affirmé dans un premier temps lui avoir "mangé les yeux", avant de se rétracter, est sorti de garde à vue vendredi matin.

La cause du décès reste indéterminée

"Les investigations et notamment les résultats de l'autopsie réalisée sur le corps de la victime ne permettent pas en l'état de déterminer la cause du décès, d'accréditer la thèse criminelle et d'exclure l'origine naturelle ou accidentelle du décès", explique le procureur de la République de Bordeaux, Bertrand Rouède, dans son communiqué.

Le parquet a décidé d'ouvrir une information judiciaire pour rechercher les causes de la mort, "afin de poursuivre dans un autre cadre les investigations de fond et médico-légales".

Les mutilations de la victime auraient pu être provoquées par des animaux

Mercredi après-midi, dans le quartier Caudéran à Bordeaux, le corps sans vie d'une femme de 79 ans, dont le visage avait été énucléé et portait des traces de mutilation, avait été retrouvé dans sa voiture, dans le jardin de sa maison.

Les mutilations de la victime auraient pu être provoquées par des animaux, après un décès naturel ou accidentel de la vieille dame. Les investigations médico-légales à venir devront le déterminer.