VIDEO. Evasion de Redoine Faïd : des drones repérés "il y a quelques mois" au-dessus de la prison, selon la ministre de la Justice

FRANCEINFO

Nicole Belloubet s'est déplacée au centre pénitentiaire où était détenu le braqueur avant son évasion. Elle a évoqué de possibles repérages à l'aide de drones, sans pouvoir établir de lien formel entre les deux événements.

Le commando qui a permis l'évasion spectaculaire par hélicoptère du braqueur récidiviste Redoine Faïd avait "sans doute repéré les lieux par le biais de drones", a affirmé la ministre de la Justice Nicole Belloubet, dimanche 1er juillet, lors d'un déplacement à la prison de Réau (Seine-et-Marne). "Il y a quelques mois, les services de l'établissement avaient repéré des drones qui survolaient l'établissement", a-t-elle détaillé, sans être toutefois en "capacité" d'établir un lien formel entre cet incident et l'évasion du braqueur.

>> Ce que l'on sait de la spectaculaire évasion en hélicoptère du braqueur Redoine Faïd

"C'était une évasion hors normes qui a nécessité un commando bien préparé, a encore détaillé la ministre. C'est indiscutablement quelque chose d'extraordinaire, et la surprise a été très forte pour l'établissement." Elle estime encore que la porte utilisée par le braqueur pour prendre la fuite "était peu utilisée, mais n'était pas secrète". "Sur la question du filet [inexistant dans la cour d'honneur], peut-être faudra-t-il que nous revoyions notre position [...] De mon point de vue, les personnels n'ont commis aucune erreur dans la gestion de cet événement."

>> Evasion de Redoine Faïd : "Nous avions déjà dénoncé le fait qu'il n'y ait pas de filet anti-aérien à cet endroit-là", estime le secrétaire local Force ouvrière

Nicole Belloubet a lancé une mission d'inspection qui sera réalisée par l'inspection générale du ministère de la Justice afin d'établir s'il y a eu "des défaillances en termes de sécurité passive ou active". 

Vous êtes à nouveau en ligne