Redoine Faïd "va être plus dur à rattraper maintenant qu'il ne l'a été" en 2013

France 3

Bernard Petit, qui a arrêté Redoine Faïd en 2013 lorsqu'il était sous-directeur de la lutte contre le crime organisé, est l'invité du "Soir 3" lundi 2 juillet.

La nouvelle évasion de Redoine Faïd n'a "pas vraiment surpris" Bernard Petit. "Il était sûr que cet individu chercherait à s'évader. On se doutait qu'il y aurait une tentative d'évasion tôt ou tard. Ce qui surprend, c'est la réussite de son évasion aussi spectaculaire avec des moyens hors norme", estime l'ex-sous-directeur de la lutte contre le crime organisé.

"Redoine Faïd tire les leçons de ses erreurs. Il va être plus dur à rattraper maintenant qu'il ne l'a été la fois précédente", en 2013, après six semaines de cavale.

"Un homme dangereux"

Pour l'arrêter, "il faut se placer à la place du fugitif et avoir des réflexes plus méthodiques. Il y a la place pour le feeling, mais il y a aussi beaucoup de travail purement technique", explique-t-il.

"On ne sait pas si le temps est notre allié ou pas dans ce type d'affaires. Tout dépend des décisions du fugitif. S'il veut s'exfiltrer de France, voire d'Europe très rapidement, il se met à l'abri et il rend sa traque plus difficile. À l'inverse, s'il reste sur place, il faut se terrer et il donne plus de temps pour le retrouver", précise l'auteur du livre Secrets de flic.

Redoine Faïd "reste un homme dangereux, selon Bernard Petit. Il ne maîtrise pas les complices qui sont autour de lui et le déroulé d'une action à 100%. Il y a un risque qui peut être mortel lors d'une interception".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne