Redoine Faïd : questions autour d'une prison

FRANCE 3

La cavale continue pour Redoine Faïd : près de 3 000 policiers et gendarmes restent mobilisés ce lundi 2 juillet au soir. Comment un homme connu pour une précédente évasion a pu échapper une seconde fois à la vigilance du système pénitentiaire ?

L'évasion de Redoine Faïd aurait-elle pu être évitée ? Ce lundi 2 juillet au soir, elle pose beaucoup de questions : un défaut de surveillance est-il à l'origine de la fuite du braqueur ? Selon un site spécialisé, il y a une semaine environ, une demande de transfèrement est envoyée pour Redoine Faïd. L'administration pénitentiaire écrit alors : le transfèrement aura lieu dans le courant du mois de septembre. La réponse des agents est exaspérée : "Sérieusement, un transfert qu'à partir de septembre ne me parait pas raisonnable au regard de la menace sérieuse du passage à l'acte du susnommé.!!!"

Un film tourné dans le centre pénitentiaire

Au-delà de ces révélations, la prison de Réau (Seine-et-Marne) était-elle considérée comme sûre ? Dans le milieu pénitentiaire en tout cas, elle n'a pas bonne réputation. En 2013, peu après son ouverture, un rapport pointait déjà ses nombreuses difficultés : "Les conditions de travail sont mauvaises", "L'encadrement des agents (...) n'est pas probant", il y a un "sous-dimensionnement des effectifs". Et ce n'est pas tout. Sur internet, vous trouvez facilement un fascicule du promoteur de la prison, avec des indications précises. Par exemple, le mur d'enceinte fait six mètres de haut. Plus étonnant encore, il y a quelques mois, un film a même été tourné dans le centre pénitentiaire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne