Qui est Redoine Faïd, le braqueur aux trois cavales ?

Redoine Faïd et son livre \"Braqueur, des cités au grand banditisme\", le 22 novembre 2010, à Paris. 
Redoine Faïd et son livre "Braqueur, des cités au grand banditisme", le 22 novembre 2010, à Paris.  (PHOTOPQR / LE PARISIEN / OLIVIER ARANDEL / MAXPPP)

Condamné en appel à vingt-cinq ans de prison par la cour d'assises de Paris en avril, Redoine Faïd s'est évadé en hélicoptère de la prison de Réau (Seine-et-Marne), ce dimanche matin. Ce braqueur médiatique n'en est pas à sa première évasion spectaculaire.

Le braqueur aux multiples condamnations Redoine Faïd s'est évadé du centre pénitentiaire de Réau (Seine-et-Marne), le 1er juillet à 11h20. Une source policière affirme à France 3 que trois personnes équipées d'armes de guerre ont extrait le braqueur des parloirs jusqu'à un hélicoptère posé à proximité. L'engin a depuis été retrouvé brûlé près du Bourget (Seine-Saint-Denis). Franceinfo revient sur le profil du plus médiatisé des braqueurs français, qui s'est donc, à ce jour, évadé trois fois de prison.

>> Evasion de Redoine Faïd : suivez la situation en direct

Un braqueur récidiviste

Redoine Faïd débute sa carrière de braqueur en 1990, alors qu'il vient de fêter ses 18 ans, avec l'attaque d'une agence du Crédit du Nord. Pendant huit ans, il multiplie les forfaits. Il est notamment impliqué dans des braquages avec prise d'otages et des attaques de fourgons blindés.

Le 28 décembre 1998, il est arrêté à Paris. Il écope de trente-et-un ans de prison pour plusieurs affaires, notamment pour "violence aggravée", "séquestration", "tentative ou vol avec arme et en bande organisée".

Il bénéficie d'une libération conditionnelle le 30 mars 2009 et retourne à la vie civile. Il obtient un poste de commercial et assure que son passé de braqueur est derrière lui.

Mais le 20 mai 2010, un groupe de malfaiteurs tente d'attaquer un fourgon blindé de transport de fonds à Créteil (Essonne). Ils échouent et sont repérés par des policiers, qui les prennent en chasse sur l'autoroute. La course-poursuite est spectaculaire. Les braqueurs tirent sur les forces de l'ordre et blessent des automobilistes. Arrivés à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne), ils mitraillent une voiture de police municipale qui tente d'intervenir, tuant Aurélie Fouquet, 26 ans, et blessant son coéquipier. Les malfaiteurs prennent la fuite.

Redoine Faïd est soupçonné d'être le maître d'œuvre de ce projet d'attaque à main armée. En janvier 2011, il échappe à un coup de filet. Les principaux suspects impliqués dans la fusillade de mai 2010 sont arrêtés et mis en examen. Faïd est finalement interpellé le 28 juin 2011.

Pour ces faits, il est condamné en appel par la cour d'assises de Paris à vingt-cinq ans de réclusion criminelle, le 14 avril 2018

Un évadé récidiviste

En 1995, Redoine Faïd s'attaque à une banque puis à une société d'informatique, un an plus tard, rappelle L'Express. En 1997, il cible un fourgon blindé à Villepinte. Pendant cette période, il prend la fuite pour échapper à la police, une cavale qui le mènera jusqu'en Suisse et en Israël. Son arrestation, à la fin de l'année 1998, met fin à cette première cavale. 

Le 13 avril 2013, alors qu'il est détenu à la prison de Séquedin (Nord), Redoine Faïd prend cinq membres du personnel en otages, avec une arme de poing. A l'aide d'explosifs, il ouvre la porte principal de l'établissement et retrouve ses complices qui l'attendent dans une voiture qui lui permet de s'enfuir. Une fois abandonné, le véhicule est incendié et le dernier otage relâché.  

Le fugitif, devenu ennemi public numéro 1, est rattrapé le 29 mai 2013, dans un hôtel de Pontault-Combault, en Seine-et-Marne. 

Un habitué des plateaux de télévision

Redoine Faïd n'est pas seulement un braqueur. Il est aussi un amoureux du cinéma, particulièrement des films de gangsters, "un mode d'emploi pour braquer", explique-t-il, faisant notamment référence à Heat et aux films de Martin Scorsese. Il s'est aussi essayé à l'écriture. Il publie un livre en 2010, alors qu'il vient de purger dix ans de prison. Grâce à Braqueur, des cités au grand banditisme, coécrit avec le journaliste Jérôme Pierrat, il fait le tour des plateaux télévisés, où il évoque avec beaucoup de détails, et avec une certaine aisance, son parcours de braqueur. 

En 2011, il apparaît dans une reportage sur le grand banditisme, "Caïds des cités", diffusé dans l'émission "Spécial Investigations", où il revient là encore sur son passé de délinquant. 

"Je pensais vraiment que l'écriture de son livre et sa médiatisation avaient comblé son besoin de reconnaissance" confiait à l'Obs son éditeur Pierre Fourniaud, en 2013, au moment de la deuxième évasion de Redoine Faïd. La suite des événements lui a donné tort.

Vous êtes à nouveau en ligne