"L'idée était de tisser une toile d'araignée" : le chef du service qui a coordonné la traque de Redoine Faïd raconte l'arrestation du braqueur

FRANCE 3

"On a tiré beaucoup de fils (...). Et après, il suffit d'avoir le bon fil au bon moment", raconte à France 3 Frédéric Doidy, chef de l'office central de lutte contre le crime organisé qui a mené l'enquête en collaboration avec la police judiciaire de Versailles.

Il a mené avec ses hommes la traque et l'arrestation de Redoine Faïd. Frédéric Doidy, chef de l'office central de lutte contre le crime organisé, raconte à France 3 la méthode qui a permis à la police d'interpeller le fugitif : "L'idée c'était de tisser une toile d'araignée, d'arriver sur les proches. En gros, on a trois cercles qui peuvent nous intéresser : le cercle familial, le cercle amical et le cercle 'des bandits' qui pourraient l'aider."

"On a tiré beaucoup de fils dans l'entourage proche, dans l'entourage un peu éloigné. Et après, il suffit d'avoir le bon fil au bon moment", ajoute-t-il. Ce bon moment est venu, lundi 1er octobre, quand ils ont repéré une personne sortant d'un appartement en burqa dont l'allure suggère qu'il s'agit d'un homme.

"Le premier réflexe c'est de se dire, c'est lui !"

"Tout flic va trouver ça suspect. Il faut que l'on s'intéresse à cette personne, parce que manifestement c'est un homme qui est grimé. Et quel est l'intérêt pour un homme d'être grimé, si ce n'est pas quelqu'un qui veut se soustraire à la police ou à la justice, raconte encore Frédéric Doidy. Quand on est dans le cadre d'une enquête qui porte sur l'évasion de Redoine Faïd (...) Le premier réflexe c'est de se dire, c'est lui !"

L'arrestation, réalisée avec la police judiciaire de Versailles, mobilise plus de 150 policiers. Les enquêteurs investissent l'appartement dans la nuit de mardi à mercredi, à 4 heures du matin : "On a toujours l'appréhension de savoir ce qu'on va trouver derrière la porte." La police procède alors à l'arrestation : "Il est menotté, il se laisse faire sans difficulté."

Vous êtes à nouveau en ligne