Eure : les gendarmes vont sonder la Seine à l'aide d'un sonar après la disparition du petit Léo, âgé de trois ans

L\'Andelle, rivière où se poursuivent les recherches pour retrouver Léo, trois ans, porté disparu depuis samedi 14 avril.
L'Andelle, rivière où se poursuivent les recherches pour retrouver Léo, trois ans, porté disparu depuis samedi 14 avril. (Victoria Koussa / France Bleu Normandie / RADIO FRANCE)

Les gendarmes ont fait venir lundi le sonar le plus puissant dont ils disposent, afin de faire des recherches dans la Seine, pour tenter de retrouver Léo. Ce petit garçon de trois ans a disparu samedi dans le jardin de sa maison.

Les recherches pour retrouver le petit Léo, trois ans, porté disparu depuis samedi 14 avril en fin d'après-midi, ont été élargies par les gendarmes. Les enquêteurs fouillent désormais jusque dans la Seine, a annoncé dimanche 15 avril le substitut du procureur de la République d'Évreux, Antoine Barat. Les gendarmes ont fait venir le sonar le plus puissant dont ils disposent, afin de faire des recherches dans la Seine. Les militaires sont assistés d'enquêteurs subaquatiques.

Léo a disparu samedi alors qu'il jouait dans le jardin de sa maison à Romilly-sur-Andelle, dans l'Eure, au sud-est de Rouen. Les recherches lancées par la gendarmerie le soir-même n'ont rien donné jusqu'ici et aucun élément n'a permis de faire avancer l'enquête, a précisé le magistrat lors d'une conférence de presse organisée ce dimanche vers 16h.

Piste accidentelle privilégiée

La thèse accidentelle reste cependant privilégiée. A plusieurs reprises, un chien de recherche s'est arrêté au bord de l'eau, rapporte France Bleu Normandie. Les yeux se tournent vers l'Andelle, la rivière en contrebas de la maison du petit Léo, mais aussi vers la Seine. Même si le niveau de l'eau, le courant et la turpitude de l'eau rendent les investigations difficiles.

Hélicoptère, plongeurs et battues

Un hélicoptère a été déployé, deux plongeurs inspectent le cours d'eau mètre par mètre, et des équipes de gendarmes sont chargées des battues. Les gendarmes ont en revanche appelé les riverains à ne pas organiser eux-mêmes de battues dans la zone.

Le chef d'escadron Yannick Calvet qui dirige l'enquête n'exclut pas qu'un avis de recherche soit lancé pour retrouver le petit garçon en cas d'échec des recherches.