Essonne : un quartier de Juvisy-sur-Orge saccagé par une bande armée

Porte d\'entrée vandalisée, présentée sur la page Facebook Juvisy c\'est vous.
Porte d'entrée vandalisée, présentée sur la page Facebook Juvisy c'est vous. (FACEBOOK)

Dans la nuit de samedi à dimanche, une bande armée a saccagé un quartier de Juvisy-sur-Orge, en Essonne. Le maire de la ville parle d'une "scène de véritable guérilla urbaine".

C’est un déchaînement de violences qui s’est déroulé dans un quartier de Juvisy-sur-Orge dans l'Essonne, dans la nuit du samedi 14 au dimanche 15 janvier. Une bande armée a saccagé des véhicules, des portes de halls d'immeubles et un appartement. Robin Reda, le maire Les Républicains de Juvisy-sur-Orge, a parlé lundi sur franceinfo d'une "scène de véritable guérilla urbaine" et des "habitants traumatisés".

Robin Reda raconte que "sur les coups de 20 heures, une bande d’une vingtaine d’individus est descendue du bus à proximité de la résidence du Petit Merlet. Ils ont pris pour cible cette résidence dans une scène de véritable guérilla urbaine". "Une vingtaine de véhicules" ont été "fracassés à coup de barres de fer et à coup de sabres", a détaillé le maire de Juvisy-sur-Orge. Des portes de hall d'immeubles ont été défoncées, un appartement a été saccagé sous les yeux d’un père de famille et de son bébé, qui "manifestement n’avait rien à faire dans cette histoire de règlement de comptes".

Un règlement de compte

"C’est probablement une histoire de bandes rivales entre différents quartiers de nos communes voisines", a estimé le maire. "Ils cherchaient à régler des comptes avec quelqu’un", que la police n’a pas identifié pour l’instant. "Manifestement, ils n’ont pas trouvé cette personne, ils se sont trompés d’appartement. Les habitants sont restés médusés devant cette scène, traumatisés, devant ces événements tragiques, qui n’ont pas lieu d’être et qui n’ont pas l’habitude d’être dans ce quartier", a raconté le maire de Juvisy sur franceinfo.

Selon lui, "les individus venaient de la ville (voisine) d’Athis-Mons" et "il y a déjà eu 11 interpellations dont sept mineurs déjà connus des services de police qui étaient en garde à vue hier". "Ils niaient les faits en bloc, ils doivent être convoqués à nouveau pour être identifiés formellement", a ajouté Robin Reda.

Une présence policière renforcée

Le maire de Juvisy-sur-Orge a rappelé que, dans le quartier, "on a eu à déplorer des trafics de drogue et d’armes dans des caves. Et ce n’est pas faute d’avoir interpellé la police sur ces individus qui sont souvent toujours les mêmes, connus des services de police, pour différents faits sur le territoire". "Aujourd’hui ce que les habitants demandent c’est une présence policière, une sécurité de tous les jours", ils réclament "une réponse pénale puisque ce sont souvent des récidivistes qui commettent ces actes". "Il faut une vraie réponse pénale y compris pour les mineurs", a ajouté le maire et "je porterai ce message devant l’Etat".

Après le saccage de la nuit de samedi à dimanche, la mairie a annoncé un renforcement "des rondes de la police municipale qui va aller à la rencontre des habitants de ce quartier, toute la journée, notamment des nombreuses personnes âgées qui habitent ce secteur", a précisé le maire. "Des permanences des élus au bas des immeubles, dont moi-même, auront lieu, pour dialoguer avec les habitants pour comprendre leurs attentes", a-t-il ajouté. "La police de proximité, avec une bonne collaboration avec la police nationale, et un dispositif de vidéo protection, notamment avec la RATP sur la vidéosurveillance dans les bus, constituent une première réponse."

Robin Reda a annoncé qu’il allait "rencontrer la préfète de l’Essonne pour porter le message des habitants, [qui réclament] plus d’effectifs de police sur le terrain et une accélération du déploiement de la vidéo protection". Il faut, a-t-il conclu, un "travail de fond entre polices municipale et nationale".

Vous êtes à nouveau en ligne