Essonne : un usurpateur commande 1500 préservatifs pour une mosquée

(Photo d\'illustration)
(Photo d'illustration) (JULIAN STRATENSCHULTE / DPA / AFP)

Le mystérieux correspondant a aussi commandé des pizzas pour un commissariat et a réuni plusieurs commissariats et l'Elysée en conférence téléphonique. Une enquête pour "appels malveillants" a été ouverte par le parquet d'Evry.

Un commissariat qui reçoit une commande d'une centaine d'euros de pizzas, une mosquée qui commande un lot de 1 500 préservatifs, ou encore des commissariats mis en conférence téléphonique avec l'Elysée... Un mystérieux correspondant s'est amusé, début août, à multiplier les canulars téléphoniques dans l'Essonne. Une enquête pour "appels malveillants" a été ouverte cette semaine par le parquet d'Evry et confiée à la sûreté départementale de l'Essonne, confirmant une information de RTL, jeudi 11 août. 

Le ou les suspects, encore non identifiés, ont utilisé une technique d'usurpation téléphonique, dite du "spoofing". Elle permet au plaisantin de faire apparaître le numéro de son choix sur le téléphone de son interlocuteur. Ces pirates sont souvent des adeptes du site Violvocal, spécialisé dans les canulars téléphoniques poussés à l'extrême par un hacker français, Ulcan, désormais en fuite en Israël.

Commandes de pizzas et de préservatifs

Ainsi, le commissariat d'Athis-Mons (Essonne) a eu la surprise de voir débarquer un livreur avec plusieurs dizaines de pizzas sur les bras, alors qu'aucune commande n'avait été passée, selon une source policière. Le numéro du standard du commissariat s'était pourtant affiché lors de l'appel passé à la pizzeria.

Le farceur a également utilisé le numéro de la mosquée de Courcouronnes, autre commune du département, à plusieurs reprises. Une première fois pour une seconde commande de pizzas pour les policiers d'Athis-Mons, puis pour appeler une entreprise de pompes funèbres à Lyon et commander "un cercueil pour un martyr", selon une source policière. Il a également contacté une agence de voyages et une pharmacie d'Evry, la première "pour des séjours en Syrie", la seconde pour commander un lot de 1 500 préservatifs "avant la cérémonie des douze vierges". 

Des commissariats en conférence téléphonique avec l'Élysée

Par ailleurs, le 5 août, les commissariats de Paris, Nice et Carcassonne ont successivement été mis en communication avec le standard de l'Elysée. "On ne sait pas si ces faits sont liés à ceux de l'Essonne. Il peut s'agir de canulars classiques comme il y en a tous les jours", a nuancé la source policière.

"Les standards de commissariats sont des numéros d'appels au secours, pour des personnes agressées voire violées. Certains reçoivent plusieurs centaines d'appels par jour. Les opérateurs ont autre chose à faire", s'est agacée la source.

Vous êtes à nouveau en ligne