Le ravisseur présumé de Chloé mis en examen

Les gendarmes aux abords du palais de justice de Nîmes (Gard), avant l\'audition par la juge d\'instruction de Kamel Bousselat, le ravisseur présumé de Chloé, le 14 décembre 2012.
Les gendarmes aux abords du palais de justice de Nîmes (Gard), avant l'audition par la juge d'instruction de Kamel Bousselat, le ravisseur présumé de Chloé, le 14 décembre 2012. (MAXPPP)

Le suspect de 32 ans a été écroué à la maison d'arrêt de Nîmes. 

Au cours de sa première audition devant la justice, il est resté silencieux. Le ravisseur présumé de Chloé, l'adolescente gardoise enlevée pendant une semaine en novembre avant d'être retrouvée en Allemagne, a été mis en examen vendredi 14 décembre, et écroué.

Kamel Bousselat, 32 ans, lui aussi originaire du Gard, a été mis en examen pour "enlèvement, séquestration et viol" puis écroué à la maison d'arrêt de Nîmes. En détention en Allemagne pendant un peu plus de trois semaines après la découverte de l'adolescente dans le coffre de sa voiture, l'homme avait été remis mardi aux autorités françaises. Chloé avait été enlevée le 9 novembre devant son domicile de Barjac (Gard).

Le suspect entendu sur le fond "très prochainement"

"Kamel Bousselat a déclaré qu'il était fatigué et qu'il n'avait pas l'intention de s'expliquer sur le fond ni de répondre aux questions aujourd'hui", a affirmé le procureur de la République, Stéphane Bertrand, au cours d'une conférence de presse. "Ce n'est pas un mutisme consistant à dire 'je ne veux pas parler', mais 'une autre fois s'il vous plaît', a précisé le magistrat. C'est comme ça que je l'ai compris."

"L'instruction commence. Bousselat sera entendu sur le fond très prochainement. On peut aller vite sur ce point", a ajouté le procureur, qui attend maintenant de recevoir les résultats des investigations effectuées par les Allemands, notamment les procès-verbaux d'interrogatoires et les constatations effectuées sur la victime.

Vous êtes à nouveau en ligne