Enlèvement d'un nourrisson à Toulouse : les gardes à vue du père et de l'oncle sont prolongées

L\'hôpital Purpan à Toulouse.
L'hôpital Purpan à Toulouse. (REMY GABALDA / AFP)

Les gardes à vue sont prolongées jusqu'à lundi 14h. Le père et l'oncle de Tizio sont soupçonnés d'avoir enlevé ce nourrisson de deux mois, qui se trouvait dans un hôpital de Toulouse.

Les gardes à vue du père et de l'oncle de Tizio sont prolongées jusqu'à lundi 14h, a appris franceinfo dimanche 7 janvier de source judiciaire. Tous les deux ont été arrêtés samedi soir dans l'Aude, après le déclenchement de l'alerte enlèvement par le ministère de la Justice. Ils sont soupçonnés d'avoir enlevé le nourrisson de deux mois.

Le père et l'oncle de Tizio doivent être présentés à un juge à l'issue de leur garde à vue. Le parquet de Toulouse envisage d'ailleurs d'ouvrir une information judiciaire. Le père pourrait ainsi répondre de soustraction d'enfant, de manquement aux obligations légales et de privation de soins. Son frère pourrait être poursuivi pour complicité.

Au cours de ses premières heures d'audition, l'oncle s'est expliqué "sans soucis" et assure avoir agi par "attachement" pour son frère, a appris franceinfo de source judiciaire. En revanche, les raisons qui ont amené le père à enlever son fils "relèvent de l'ordre de l'intime", explique cette source, sans donner plus de précisions.

Aucun antécédent judiciaire

Le père du nourrisson, dont le casier judiciaire était vierge, était séparé de la mère de Tizio, mais le couple n'avait a priori aucun problème et s'entendait bien.

Alimenté par sondes gastriques et voies intraveineuses à l'hôpital Purpan de Toulouse, Tizio avait été vu vendredi soir avec son père vers 18 heures, mais ne se trouvait plus dans son berceau à 18h30, au moment où les biberons sont donnés dans le service hospitalier. À 21h30, le personnel de l'hôpital avait trouvé un mot manuscrit qui indiquerait que le père était allé se promener avec son fils.

Le bébé a été retrouvé samedi soir dans une résidence familiale du père du nourrisson, à Belcaire, dans l'Aude. Il est depuis retourné à l'hôpital. L'établissement n'a pas précisé si l'état du nourrisson s'était dégradé pendant sa disparition, mais affirme qu'il bénéficie des soins les plus attentifs, adaptés à son état de santé très fragile.

Vous êtes à nouveau en ligne