Les sujets du jour
Sommet du G7AmazonieBrexitHong KongMigrantsVacances

Electricité : "Si le gouvernement avait aboli la TVA sur les taxes, la hausse aurait été réduite de près de 80%"

Un compteur d'électricité (illustration). (JEFF PACHOUD / AFP)

"C'est clairement une provocation de voir cette hausse arriver après la crise du pouvoir d'achat qu'on a connue et qui est née des prix de l'énergie", a réagi vendredi sur franceinfo le directeur national de l'action politique de l'UFC-Que Choisir.

La hausse de presque 6% du tarif réglementé de l'électricité, qui entrera en vigueur samedi 1er juin, soulève une levée de boucliers. Cédric Musso, directeur national de l'action politique de l'UFC-Que Choisir, explique vendredi 31 mai sur franceinfo, que si EDF "a une part de responsabilité", le gouvernement en a une "majeure". Il parle même de "provocation" et explique que "si le gouvernement avait aboli la TVA sur les taxes, la hausse aurait été réduite de près de 80%".

franceinfo : Avec 6% d'augmentation, vous confirmez que pour le consommateur, cela correspond à 80 euros de plus sur la facture ?

Cédric Musso : Effectivement sur la moyenne, c'est presque 100 euros d'augmentation. Et ce qui est absolument inadmissible, inacceptable, c'est que cette hausse spectaculaire n'est pas fondée juridiquement. Il faut quand même rappeler que ça fait 20 ans qu'on n'a pas connu une hausse de cette ampleur. L'Autorité de la concurrence est sortie de sa réserve pour dire que près de la moitié de la hausse n'avait rien à voir avec la réalité des coûts d'EDF. Fort de ce constat, l'UFC-Que Choisir entend actionner tous les leviers : d'abord le levier judiciaire en saisissant le Conseil d'État avec la CLCV en vue d'obtenir l'annulation de cette hausse mais également en actionnant un autre levier, le pouvoir de marché du consommateur. L'UFC-Que Choisir vient de lancer une campagne "Énergie moins chère ensemble" appelant au rassemblement des consommateurs pour faire émerger des offres qui soient très attractives financièrement mais aussi sécurisées juridiquement.

Ce qu'on a du mal à comprendre c'est pourquoi on a un marché concurrentiel dont les prix augmentent ?

C'est effectivement complexe. Il faut savoir qu'EDF est non seulement fournisseur mais aussi producteur de l'électricité qu'il peut revendre à ses concurrents quand les prix du marché de gros sont largement supérieurs au tarif auquel EDF revend l'électricité. Et c'est le cas actuellement puisque sur les marchés de gros, les prix ont remonté après avoir connu une baisse très importante ces dernières années. Et la logique est de dire "je vais augmenter les tarifs réglementés comme ça les concurrents pourront proposer des offres un peu plus faibles". Et cette logique-là n'est pas inscrite dans la loi. Là, la CRE [Commission de régulation de l'énergie] outrepasse la logique du tarif réglementé qui est de refléter les coûts d'EDF, ni plus ni moins. Donc la CRE outrepasse ses droits et le gouvernement entérine cette hausse en se dédouanant de toute responsabilité alors qu'il pouvait très bien réviser la méthode de calcul avant les hausses. C'est facile de laisser passer les hausses et d'annoncer une réforme de la méthode de calcul au bout d'un an. Un autre levier qu'il aurait pu actionner c'est celui de la fiscalité. Il faut savoir qu'un tiers de la facture d'électricité sont des taxes et que parmi ces taxes, il y a une aberration, une double-peine fiscale qui est la logique de la TVA sur les taxes. La TVA sur les taxes au niveau de la facture d'électricité c'est 56 euros. Je viens de vous dire que c'était près de 100 euros d'augmentation avec la hausse. Si le gouvernement avait aboli la TVA sur les taxes, la hausse aurait été réduite de près de 80%.

Ce n'est pas la faute d'EDF alors ?

Ce n'est pas que la faute d'EDF. Il ne faut pas non plus exonérer EDF de toute responsabilité. Au niveau de la gestion d'EDF, la Cour des comptes, a maintes reprises au niveau de ses rapports publics, a souligné des dérives au niveau des coûts commerciaux, au niveau des avantages salariaux pour les salariés d'EDF, au niveau des retraites et a appelé à une meilleure gestion parce que ces dérives tarifaires in fine, ce sont les consommateurs qui les payent au niveau de la facture d'électricité. Donc les responsabilités sont certes multiples. EDF a une part de responsabilité mais le gouvernement en a une majeure.

Cette augmentation touche les plus précaires ?

Indéniablement. Cette hausse va impacter plus particulièrement les populations fragiles qui sont chauffées à l'électricité dans des logements mal isolés avec ce qu'on appelle des "grille-pains" qui sont des gros consommateurs d'électricité. C'est clairement une provocation de voir cette hausse arriver après la crise du pouvoir d'achat qu'on a connue et qui est née des prix de l'énergie. On s'attendait quand même à ce que le gouvernement réagisse. On a adressé une lettre ouverte au président de la République pour lui donner des pistes de solutions pour qu'on échappe à cette hausse. Il n'y a même pas eu d'accusé de réception à cette lettre. Franchement que les consommateurs se mobilisent, qu'ils se rassemblent ! Qu'ils participent à la campagne de l'UFC-Que-Choisir !