Egypte : Moubarak acquitté de l'accusation de complicité de meurtres

(Les partisans d'Hosni Moubarak devant le tribunal © REUTERS | Asmaa Waguih)

Lors d'un premier procès en 2012, l'ex-président égyptien avait été condamné à la prison à perpétuité après la mort de 846 personnes dans la répression d'un mouvement populaire. Mais la sentence avait été annulée.

Le tribunal égyptien qui a blanchi Hosni Moubarak de l'accusation de complicité de meurtres l'a également acquitté des accusations de corruption, notamment dans le cadre de la vente de gaz naturel égyptien à Israël. Mais l'ex-président égyptien devrait cependant rester en détention à un hôpital militaire du Caire. Il doit finir de purger une peine de trois ans de prison pour une autre affaire de corruption. Toujours dans le cadre de ce procès pour complicité de meurtres de centaines de manifestants durant la révolte de 2011, cinq hauts responsables de la sécurité, dont l'ex-ministre de l'Intérieur de l'ancien président Hosni Moubarak, ont eux-aussi été acquittés.

Alaa et Gamal, les deux fils de Moubarak, eux-aussi accusés de corruption, eux-aussi blanchis, ont embrassé leur père sur le front. A l'extérieur, quelques rares opposants ont crié leur colère. "Ce verdict est injuste. Le sang de mon fils a coulé pour rien" a déclaré Mostafa Morsi, qui a perdu son fils Mohamed durant la révolte de 2011.