VIDEO. Marseille, rue d'Aubagne : à 8h51 les murs de l'entrée s'effritent, à 9h09 l'immeuble est parti en poussière

Voir la vidéo
ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2

Le 5 novembre 2018, un locataire du 65 rue d'Aubagne, à Marseille, s'inquiète des fissures apparues dans la nuit. Il tourne une vidéo pour alerter le syndic de l'immeuble. Quelques minutes après, le bâtiment n'est plus qu'un tas de gravats. "Envoyé spécial" l'a rencontré deux semaines plus tard. 

Sans le savoir, Abdelghani Mazid, 33 ans, a filmé l’agonie du 65, rue d’Aubagne, à Marseille. Ce matin du 5 novembre 2018, le locataire est inquiet. En une nuit, de nouvelles fissures sont apparues chez lui. "Il y a une urgence, alerte le jeune homme en commentaire de la vidéo qu'il destine au syndic de l'immeuble. Cette porte se fermait, elle ne se ferme plus. En quelques heures, ça s'est aggravé. Ça empire." Il est 8h45. La catastrophe est imminente. Abdelghani ne se doute pas que dans exactement vingt et une minutes, son immeuble va s’effondrer. 

A 8h51, Abdelghani fait une dernière vidéo. Les murs de l’entrée s’effritent sous ses yeux. Il part immédiatement alerter son syndic. Soudain, un immense fracas. Il est 9h09, son immeuble est parti en poussière. 

Des images inédites

Comme un séisme, en plein Marseille... Des images inédites montrent les passants qui appellent les secours, se précipitent au pied des gravats. En plein cœur de la deuxième ville de France, deux bâtiments de 5 étages se sont effondrés en quelques secondes. Huit corps seront finalement découverts dans les décombres. Huit locataires, morts ensevelis sous leur immeuble.

Deux semaines après le drame, les journalistes d'"Envoyé spécial" ont retrouvé Abdelghani dans la rue d'Aubagne dévastée. Ces dernières minutes passées à l’intérieur du numéro 65 sont gravées dans sa mémoire, avec les sensations qui les ont accompagnées : "Vous avez le sol qui n'est plus du tout solide, plus du tout stable. On a vraiment l'impression que ça bouge." N'a-t-il pas pensé à fuir ? "A aucun moment, se souvient-il, je ne pense réellement que vraiment, ça allait s’effondrer dans les minutes qui suivent".

Extrait de "Marseille, une ville effondrée", un reportage diffusé dans "Envoyé spécial" le 13 décembre 2018.

Vous êtes à nouveau en ligne