VIDEO. Le petit business de l’insalubre

Le 5 novembre 2018, à Marseille, plusieurs immeubles vétustes s’écroulaient, emportant la vie de huit personnes. "Complément d’enquête" a remonté la piste des "marchands de sommeil", à Marseille ou en région parisienne, et enquêté sur leurs méthodes pour s’enrichir.

Le 5 novembre 2018, rue d'Aubagne, dans le quartier de Noailles, au centre-ville de Marseille, plusieurs immeubles vétustes s’écroulaient, emportant la vie de huit personnes. Un choc pour toute une ville : malgré les alertes et les mises en demeure, les propriétaires n’avaient pas réalisé de travaux…

Derrière ce drame se cache le fléau du logement indigne ; la Fondation Abbé-Pierre estime qu’entre 450 000 et 650 000 habitations sont concernées en France, soit un million de personnes.       

Des investisseurs sans scrupules

Pendant deux mois, "Complément d’enquête" a remonté la piste de ces "marchands de sommeil" au profil parfois étonnant. Parmi eux, des élus, un boulanger ou encore des chefs d’entreprise.

A Marseille, mais aussi en région parisienne, enquête sur de nouvelles méthodes pour gagner de l’argent facilement. Investir dans la pierre reste en effet rentable, voire très rentable, particulièrement dans les grandes villes où les prix continuent de grimper… Population fragile, isolée ou sans papiers, des investisseurs sans scrupules n’hésitent pas à abuser de la faiblesse de leurs locataires pour s’enrichir.

Une enquête de Mathieu Robert diffusée dans "Complément d'enquête" le 11 avril 2019.

Vous êtes à nouveau en ligne