"L'espoir de sortir des vivants" : les recherches continuent "avec acharnement" dans les immeubles effondrés de Marseille

Les recherches le 6 novembre 2018 sur les lieux de trois bâtiments effondrés rue d\'Aubagne à Marseille.
Les recherches le 6 novembre 2018 sur les lieux de trois bâtiments effondrés rue d'Aubagne à Marseille. (AFP)

À Marseille, trois personnes seraient encore ensevelies dans les décombres des bâtiments écroulés de la rue d'Aubagne. Mercredi, les marins-pompiers poursuivent des recherches "compliquées".

"C’est compliqué", reconnaît le commandant des marins-pompiers de Marseille, mercredi 7 novembre, sur les lieux des trois immeubles qui se sont effondrés rue d'Aubagne lundi matin. Un cinquième corps a été retrouvé ce matin, lors d'opérations de secours périlleuses. 

Les sauveteurs doivent agir avec prudence

Il y aurait "vraisemblablement trois personnes" encore sous les décombres, selon le procureur de la République. Les recherches se poursuivent, méthodiquement, et avec une grande prudence, explique l'amiral Charles-Henri Garié, commandant du bataillon des marins-pompiers de Marseille, alors qu'il a beaucoup plu ces derniers jours sur la ville.

Il y a la fatigue, les conditions météorologiques et surtout le risque permanent.Le commandant des marins-pompiers de Marseilleà franceinfo

"On travaille comme on l’a fait depuis le début. À la pelle, à la main, on creuse, poursuit l'amiral Charles-Henri Garié. C’est un esprit d’équipage comme on dit dans la Marine. C’est un groupe qui travaille ensemble, avec acharnement, à la fois en sécurité mais avec l’espoir d’en sortir encore et cette fois-ci, vivants."

Mais l'opération de secours pour rechercher des victimes est "compliquée parce qu'elle se fait dans une situation dangereuse". À côté du numéro 65 de la rue d'Aubagne, là où les pompiers creusent pour rechercher des victimes, sur les côtés de la zone effondrée (qui comprend aussi les numéros 63 et le 67), deux immeubles "encore debout" (les numéros 61 et 69) sont menaçants.

"Les architectes compétents ont expliqué que ces deux immeubles eux-mêmes menaçaient de tomber tout ou partie", "et effectivement, cette nuit, vers 1 heure du matin, un bloc en pierre de taille du numéro 69 de deux ou trois mètres de haut est tombé brutalement" a-t-il précisé.

Des opérations de secours périlleuses à Marseille après l'effondrement de plusieurs immeubles - un reportage de Matthieu Mondoloni
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne