Disparues de Perpignan : Jacques Rançon avoue un nouveau meurtre

FRANCE 2

Le mystère des disparues de Perpignan en peut-être en passe d'être élucidé. Jacques Rançon vient d'avouer un nouveau meurtre dans cette affaire.

C'est l'une des plus grandes énigmes criminelles dans notre pays. À la fin des années 90, la ville de Perpignan avait été secouée par la disparition dans des conditions similaires de trois jeunes femmes dans le quartier de la gare. Jacques Rançon, le meurtrier de l'une d'entre elles, vient d'avouer un deuxième meurtre barbare, celui en juin 1998 de Marie-Hélène Gonzales, alors âgée de 22 ans. "Aujourd'hui effectivement, je crois qu'il veut solder son passé et il en assumera les conséquences", a commenté Me Xavier Capelet, avocat de Jacques Rançon.

Des années d'errance

Marie-Hélène Gonzales a été atrocement mutilée, comme la jeune étudiante Mokhtaria Chaïb dont le corps avait été retrouvé quelques mois plus tôt. Le quinquagénaire au lourd passé de délinquant sexuel, déjà mis en examen pour le meurtre de Mokhtaria Chaïb, est en prison depuis octobre 2014. Après des années d'errance, l'une des principales énigmes criminelles en France est en passe d'être résolue au moins pour deux des trois meurtres commis à cette époque à Perpignan. 

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne