Un rapport de police de 2017 interroge sur l'usage de la force le soir de la disparition de Steve

Une fresque \"Où est Steve ?\" peinte sur les quais de Loire à Nantes (Loire-Atlantique), le 19 juillet 2019.
Une fresque "Où est Steve ?" peinte sur les quais de Loire à Nantes (Loire-Atlantique), le 19 juillet 2019. (ESTELLE RUIZ / NURPHOTO / AFP)

Selon ce rapport dévoilé par Mediapart, les forces de l'ordre avaient choisi en 2017 de rester à distance des jeunes lors de la fête de la musique.

Où se trouve le corps de Steve Maia Caniço ? Les proches du jeune homme continuent de poser la question aux autorités après l'opération policière controversée lors de la Fête de la musique à Nantes (Loire-Atlantique), le 21 juin dernier, au cours de laquelle Steve a disparu. L'intervention des forces de l'ordre a-t-elle été disproportionnée ? Un rapport de police daté de 2017, révélé par Mediapart dimanche 28 juillet, montre qu'il était possible d'agir autrement.

Selon ce rapport dévoilé par le site d'investigation, les policiers avaient choisi lors de l'édition 2017 de la Fête de la musique de ne pas employer la force pour évacuer le quai Wilson. Ils avaient décidé "un repli tactique", se mettant à distance des jeunes, compte tenu des risques que représente cette zone le long des berges non sécurisées. Et à 5 heures, la foule s'était dispersée "lentement". Le rapport, daté du 22 juin 2017, a été transmis à l'époque à la préfecture, affirme encore Mediapart.

"Il a perdu le sens de l’appréciation, de la nuance"

Selon un policier ayant participé à des opérations similaires dans le cadre des fêtes de la musique, il était possible de faire autrement. "Notre but est de protéger les jeunes, pas de les mettre en danger, explique-t-il à Mediapart. Cette année, il ne fallait pas intervenir ou alors il fallait leur trouver un autre lieu de fête."

Il s'interroge aussi sur l'évolution des pratiques policières. "C’est le même commissaire qui en 2017, décide de rester à distance et qui deux ans plus tard, emploie massivement les gaz lacrymogènes. Il a perdu le sens de l’appréciation, de la nuance, mais il faut remettre cela aussi dans un contexte plus général de durcissement des opérations de police. La hiérarchie n’y est évidemment pas étrangère et les pressions peuvent être fortes." 

Les responsabilités concernant la disparition de Steve doivent encore être déterminées. L'enquête administrative de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) "devrait m'être rendue la semaine prochaine", a annoncé jeudi Christophe Castaner. "Je souhaite rendre publiques les conclusions", a ajouté le ministre de l'Intérieur.

Vous êtes à nouveau en ligne