Rapport de l'IGPN sur la mort de Steve : "Cela pose la question de la place que l'on fait aux musiques électroniques dans la société"

Une fontaine à Nantes où des bougies ont été déposées au sol, le 30 juillet. 
Une fontaine à Nantes où des bougies ont été déposées au sol, le 30 juillet.  (LOIC VENANCE / AFP)

Le coordinateur de l'association FreeForm, qui accompagne les jeunes dans l'organisation de soirées électro, a réagi sur franceinfo après la publication des conclusions du rapport de l'IGPN sur la soirée où Steve a disparu.

Après la découverte et l'identification du corps de Steve Maia Caniço, retrouvé dans la Loire à Nantes après plus d'un mois de recherches, Edouard Philippe a présenté, mardi 30 juillet, le rapport de l'IGPN sur la soirée de sa disparition. Le 21 juin dernier, les policiers ont mené une opération de police controversée pour disperser les participants d'une soirée techno organisée sur les quais. Plusieurs personnes sont tombées à l'eau, et Steve a disparu. Ce rapport de la police des polices n'établit pas de lien "entre l'intervention de la police et la disparition de Steve Maia Caniço", d'après Édouard Philippe. Seule une synthèse de dix pages a été dévoilée à la presse.

Pour Samuel Raymond, coordinateur de l'association FreeForm, qui accompagne les jeunes dans l'organisation de soirées électro, notamment à Nantes, l'affaire "pose la question de la place que l'on fait aux musiques électroniques dans la société". "On a toujours tendance à les repousser à la périphérie, à considérer que c'est une pratique marginale", a-t-il précisé sur franceinfo.

franceinfo : Comment réagissez-vous aux propos d'Édouard Philippe qui semblent mettre en cause l'organisation ?

Samuel Raymond : Nous avons écouté avec attention la déclaration du Premier ministre : qu'il ait choisi de saisir l'Inspection générale de l'administration, pour nous, c'est une très bonne chose, puisque ça va permettre de faire la lumière jusqu'au plus haut degré sur l'affaire. On est, par contre, un peu dubitatifs sur la lecture qui a été faite de ce rapport de l'IGPN. Ce n'est d'ailleurs pas le seul travail que l'IGPN est en train de mener, car suite au dépôt de plaintes de 89 personnes qui étaient présentes sur le site, le procureur a aussi chargé l'IGPN de mener une enquête judiciaire. Enquête qui elle, semble beaucoup plus pertinente.

Vous qui connaissez ce lieu, pouvez-vous le décrire ? Le Premier ministre dit qu'il n'y avait pas assez de barrière, que c'est un lieu qui n'était pas assez sécurisé ?

Étant Nantais d'origine, c'est un lieu que je connais bien. C'est un lieu dans lequel se trouve un espace où se déroule depuis une vingtaine d'années, la partie électro de la Fête de la musique. Il y a eu des incidents. Mediapart a noté qu'en 2017 et 2018, il y avait eu des échauffourées à la fin - un musicien qui veut continuer à jouer- et que les policiers étaient intervenus. Ils avaient noté la dangerosité de l'endroit, et avaient choisi un repli tactique pour se mettre à distance, pour ne pas aller à l'affrontement. Ils avaient remarqué qu'au bout d'une vingtaine de minutes la fête avait été dispersée. Cette fois, cela s'est passé de manière complètement différente. Le rapport de l'IGPN note qu'à 4h15 les équipes cynophiles sont appelées, soit un quart d'heure après l'horaire officiel de fermeture. Ces heurts, dont on ne connaît pas la cause, ont provoqué la chute dans l'eau de 14 personnes.

Le site est dangereux, alors pourquoi continuait-on à organiser la Fête de la musique à cet endroit-là ?

Cela pose la question de la place que l'on fait aux musiques électroniques et aux sound system dans la société, dans la ville. On a toujours tendance à les repousser à la périphérie, à considérer que c'est une pratique marginale. Derrière, il y a une vraie question de société : quelle place fait-on pour ces pratiques de jeunes ? Quelle place la collectivité décide de faire pour que cela se passe mieux et que ce genre de drame ne se reproduise pas ? 

Vous êtes à nouveau en ligne