DIRECT. Mort de Steve Maia Caniço : un an après sa disparition, une marche blanche organisée à Nantes

Un an après la disparition de Steve Maia Caniço, ses proches organisent une marche blanche à Nantes (Loire-Atlantique).
Un an après la disparition de Steve Maia Caniço, ses proches organisent une marche blanche à Nantes (Loire-Atlantique). (FABIEN MAGNENOU / FRANCEINFO)

Steve Maia Caniço, un jeune animateur périscolaire de 24 ans, avait disparu lors d'une soirée électro en bord de Loire dans la nuit du 21 au 22 juin 2019, au cours d'une intervention policière. Son corps avait été retrouvé noyé dans le fleuve plus d'un mois plus tard.

Un hommage à Steve Maia Caniço, un an après sa disparition. Une marche blanche doit avoir lieu à Nantes (Loire-Atlantique) dimanche 21 juin dès 15 heures, afin de marquer le premier anniversaire de la disparition de l'animateur périscolaire, lors d'une intervention policière controversée le soir de la Fête de la musique. "La marche blanche prévue à 15 heures et qui a fait l'objet d'une déclaration en bonne et due forme en préfecture est autorisée dans le respect des mesures sanitaires liées à l'épidémie de Covid-19", a indiqué la préfecture dans un communiqué. Le préfet a néanmoins précisé avoir "pris un arrêté interdisant la manifestation non déclarée prévue à 18 heures" dimanche à Nantes. 

Une disparition dans la nuit du 21 au 22 juin 2019. Steve Maia Caniço, un jeune homme de 24 ans, avait disparu lors d'une soirée électro en bord de Loire dans la nuit du 21 au 22 juin 2019, au cours d'une intervention policière. La police était intervenue pour déloger des personnes qui continuaient à écouter de la musique à proximité des quais de la Loire. Son corps avait été retrouvé noyé dans le fleuve plus d'un mois plus tard.

Trois informations judiciaires. Après des rapports de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) et de l'Inspection générale de l'administration (IGA), l'affaire a été dépaysée à Rennes. Trois informations judiciaires "contre X" y sont instruites : l'une pour "homicide involontaire" concernant le décès de Steve, l'autre pour "mise en danger de la vie d'autrui" concernant l'intervention policière et la troisième pour violences sur "personne dépositaire de l'autorité publique", s'agissant de la prise à partie des forces de l'ordre.

 "Justice pour Steve". Depuis un an, le jeune homme est devenu un symbole à Nantes où le slogan "Justice pour Steve" a résonné dans plusieurs manifestations. La maire socialiste de Nantes, Johanna Rolland, a annoncé samedi avoir rencontré la famille du jeune homme, soulignant que la ville était toujours "meurtrie".

Vous êtes à nouveau en ligne