Affaire Arthur Noyer : Nordahl Lelandais "n'a pas encore atteint la rédemption et pas encore atteint la vérité", estime l'avocat de la famille du caporal

La voiture transportant Nordahl Lelandais arrive au palais de justice de Chambéry sous escorte, le 16 juillet 2019.
La voiture transportant Nordahl Lelandais arrive au palais de justice de Chambéry sous escorte, le 16 juillet 2019. (STEPHAN DUDZINSKI / MAXPPP)

Nordahl Lelandais a été entendu pendant cinq heures mardi au tribunal de Chambéry.

L'avocat de Nordahl Lelandais "avait dit, il y a quelques mois, qu'il était sur le chemin de la vérité et dans la voie de la rédemption. Il n'a pas encore atteint la rédemption et pas encore atteint la vérité", déclare à France Bleu Berry maître Bernard Boulloud, avocat de la famille d'Arthur Noyer.

Nordahl Lelandais, principal suspect après la mort du jeune militaire berrichon en avril 2017 et mis en examen pour assassinat, a été entendu mardi 16 juillet au palais de justice de Chambéry avant d'être reconduit dans sa cellule de la prison de Saint-Quentin-Fallavier (Isère).

"Pas d'éléments nouveaux"

"Il n'y a pas d'éléments nouveaux par rapport à ce qu'il nous avait dit la dernière fois, à savoir la thèse accidentelle. Ce qu'il reste à démontrer, c'est la manière dont 'l'accident' serait arrivé. Personnellement, il y a longtemps que j'ai dit que je n'y croyais pas un seul instant, ni la famille d'ailleurs. Ce que je sais, c'est que le caporal Noyer voulait rentrer à la caserne, en sortant de Chambéry. Il se retrouve dans un ravin", explique l'avocat de la famille de la victime.

"Ce sera le procès qui permettra d'établir la vérité"

Nordahl Lelandais "nous dit que c'est accidentel, qu'il lui a donné une claque. Non, c'est impensable. Nous ne croyons pas aux différentes versions sur la manière dont cet accident se serait produit. À l'issue de ce long interrogatoire, les choses seront vérifiées. On n'a pas encore atteint la vérité à 100%", poursuit-il.

"Selon moi, ce sera le procès qui permettra d'établir la vérité. On en connaît déjà une partie. Après, ce qu'il reste à établir, c'est la manière dont la personne mise en examen a donné la mort à Arthur Noyer", ajoute Maître Boulloud, qui espère un procès dans cette affaire en 2020.

Vous êtes à nouveau en ligne