Disparition de Maëlys : une photo relance l'enquête

France 2

Les enquêteurs étudient un cliché pris par une caméra de vidéosurveillance sur lequel apparaîtrait le véhicule du principal suspect dans l'enquête sur la disparition de la fille de 9 ans dans la nuit du 26 au 27 août.

Selon les informations de France 2, des caméras de vidéosurveillance ont permis d'extraire une photo qui relance l'enquête sur la disparition de Maëlys. On y voit passer une voiture, qui pourrait être celle du principal suspect dans cette affaire, le soir de la disparition de la fillette. Côté place passager, on distingue une forme blanche sans qu'il soit possible d'identifier un quelconque visage. La qualité du cliché est très mauvaise. Maëlys portait un vêtement blanc quand elle a disparu.

Il faut que le cliché soi "exploitable"

"Cette photo serait un élément parmi d'autres. C'est un élément de preuve comme d'autres mais encore faut-il que cette photo, si elle existe, soit exploitable. En droit pénal, la preuve est libre, donc tout ce qui concourt à la manifestation de la vérité, si ça n'a pas été obtenu par fraude, peut être retenu", explique Jean-Yves Coquillat, procureur de la République à Grenoble.

Maëlys, 9 ans, a disparu lors d'une soirée de mariage, il y a bientôt deux mois. Mis en examen et incarcéré, Nordahl Lelandais est l'objet de tous les soupçons. Une trace ADN de l'enfant a été retrouvée dans sa voiture. Par ailleurs, il est établi qu'il a discuté avec elle pendant la fête et son comportement le soir du mariage intrigue les enquêteurs. Mais pour l'instant, toutes les recherches restent vaines et le suspect clame son innocence.

Les recherches se poursuivent

Les parents de Maëlys prennent cette histoire de photo avec prudence. Elle renforce toutefois leur conviction que Nordahl Lelandais n'a pas tout dit. Pour Me Fabien Rajon, avocat des parents de la petite fille, "ce serait, s'il est avéré, un élément supplémentaire qui viendrait confirmer les sentiments des parents de Maëlys". Il précise toutefois que les parents de la fillette n'ont pas désigné Nordahl Lelandais "comme coupable, ont respecté la présomption de l'innocence, mais considèrent que ce qu'il a pu dire n'est pas de nature à les convaincre". L'enquête et les recherches se poursuivent notamment au tour du lac d'Aiguebelette, à quelques kilomètres du domicile du suspect, mais aussi du lieu de la disparition.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne