VIDEO. Le moment où Jonathann Daval a craqué devant une photo et de nouveau avoué le meurtre de sa femme Alexia

Lors de la confrontation entre Jonathann Daval et les parents d’Alexia, le 7 janvier 2018, le "miracle" espéré s’est produit. Celui que les parents de la victime aimaient comme leur propre enfant a de nouveau avoué avoir tué sa femme en voyant une simple photo... Extrait du magazine "13h15 le samedi" du 15 décembre 2018.

Le 7 décembre 2018, les parents d’Alexia Daval se rendent au tribunal de Besançon pour une confrontation avec leur gendre Jonathann. En janvier 2018, celui-ci avait avoué avoir étranglé  sa femme "par accident" avant de se rétracter et d’accuser son beau-frère Grégory Gay. "Je n’ai pas peur de le voir, dit Isabelle Fouillot, la maman de la victime, en se rendant à la confrontation au bras du père d’Alexia. La seule chose, c’est qu’il ne dira rien de bon, je pense. Il s’est emmuré dans ses mensonges…"

"Je les ai informés de la dureté de l’épreuve, du face-à-face avec celui qui est probablement, dans le respect de la présomption d’innocence, le meurtrier de leur fille, témoigne l’avocat des parents, maître Jean-Marc Florand, pour le magazine "13h15 le samedi" (replay). Et que tout cela va être dur physiquement, sentimentalement… Ils sont courageux et ont fait le choix de vouloir cet acte parce je pense qu’ils espèrent, au fond de leur cœur, qu’un miracle peut encore se produire. Un miracle…" 

"Je vais garder ce moment pour moi"

La confrontation d’une heure et trente minutes commence entre Jonathann Daval et les parents d’Alexia. La maman de la jeune femme tente alors le tout pour le tout en lui montrant une photo de sa fille avec son chat. Celui qu’elle aimait comme son propre enfant vacille, se met à genoux, lui demande pardon et avoue le meurtre. "Cela a été une épreuve de rencontrer Jonathann de visu un an après, déclare ensuite madame Fouillot sur les marches du tribunal. Je vais garder ce moment pour moi."

Grégory Gay, mari de la sœur d’Alexia, affirme à ses côtés : "Ses avocats nous ont martelés sa version pendant des mois. Cela aurait pu pousser certaines personnes au suicide. J’ai décidé de me battre et j’ai bien fait. Il a craqué aujourd’hui, retombant sur ses aveux. On tend vers la vraie histoire." La maman de Jonathann, avertie de la nouvelle par des journalistes, est sous le choc, dévastée par ce nouvel aveu : "Ça fait mal… Je ne sais plus… J’ai du mal à y croire… C’est pas possible, non…"

Vous êtes à nouveau en ligne