Reconstitution du meurtre d'Alexia Daval : les trois questions auxquelles la justice va tenter de répondre

Isabelle Fouillot et Jean-Pierre Fouillot, les parents d\'Alexia Daval, encadren Jonathann Daval lors de la marche silencieuse en hommage à la jeune femme le 5 novembre 2017.
Isabelle Fouillot et Jean-Pierre Fouillot, les parents d'Alexia Daval, encadren Jonathann Daval lors de la marche silencieuse en hommage à la jeune femme le 5 novembre 2017. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

La reconstitution débutera lundi 17 juin, à 5 heures du matin en présence de la famille de la jeune femme.

Comment s'est déroulé le meurtre d'Alexia Daval, tuée en octobre 2017 à Gray-la-Ville (Haute-Saône) ? La reconstitution qui se tient lundi 17 juin, six mois après les nouveaux aveux de Jonathann Daval, le mari de la jeune femme, pourrait permettre d'y voir plus clair. Après de nombreux rebondissements, il a reconnu avoir étranglé son épouse, mais nie toujours avoir brûlé son corps, retrouvé dans les bois d'Esmoulins.

Le mis en examen, incarcéré et placé à l'isolement dans la maison d'arrêt de Dijon (Côte-d'Or), est attendu à son ancien domicile à 5 heures du matin, où l'attendront la juge d'instruction, les enquêteurs, le médecin légiste, les avocats, mais aussi sa belle-famille, qui a tenu à être présente. "Ils attendent beaucoup de cette reconstitution", assure à l'AFP Gilles-Jean Portejoie, un de leurs avocats, ils veulent "connaître toute la vérité". Car plusieurs zones d'ombre persistent encore, un an et demi après le meurtre.

Que s'est-il passé dans le pavillon du couple ?

C'est dans la maison où vivaient Jonathann et Alexia Daval que tout le monde a rendez-vous lundi à 5 heures du matin. Cet horaire a été choisi pour mieux reproduire les circonstances du meurtre commis dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017. Lors de ses premiers aveux, Jonathann Daval a déclaré avoir "étranglé" sa femme en tentant de la maîtriser lors d'une violente dispute, alors qu'ils revenaient d'un dîner chez les parents d'Alexia.

Une version qui ne colle pas avec l'autopsie. Celle-ci atteste que la victime a "subi de graves violences", selon l'un des avocats de la famille de la victime, Jean-Marc Florand. "La strangulation, c'est la fin de l'épisode mortifère", avait-il indiqué lors d'une conférence de presse. Lors de sa deuxième audition début décembre 2018 devant le juge, Jonathann "a clairement reconnu la façon dont il a donné la mort à Alexia, dans un moment très particulier de colère et de conflit conjugal", assure une source proche du dossier à l'AFP. 

Lors d'un nouvel interrogatoire en janvier 2019, il "a livré un récit plus étayé et plus cohérent par rapport aux constatations médico-légales", confie alors au Parisien son avocat, Randall Schwerdorffer. Il reconnaît désormais des gifles lors d’une dispute, alors qu'il assurait, au départ, vouloir "maintenir" sa femme en proie à une "crise d'hystérie". "Il va falloir, lors de cette reconstitution, confronter les gestes de Jonathann Daval avec les blessures, les fractures, les marques dans le dos retrouvées sur le corps d'Alexia", explique Jean-Marc Florand à France 3 Bourgogne-Franche-Comté"Nous voulons savoir comment ont été portés [les] coups, comment [Jonathann] explique les traces sur le corps et le visage de la victime" qui a été "massacrée", ajoute son confrère Gilles-Jean Portejoie.

Comment le corps a-t-il été transporté ?

Le récit du reste de la nuit de Jonathann à son domicile reste très évasif. "Qu'a-t-il fait avec le corps seul dans la maison ?", s'interroge Willy Graff, journaliste à L'Est républicain sur BFMTV. Le suspect assure avoir pris des cachets pour se suicider et dit avoir dormi, avant de charger le corps et de le déposer dans ce bois, "au hasard", rapporte Le Parisien

Son discours est très flou sur la chronologie de la nuit.Etienne Manteaux, procureur de Besançonau Parisien

"Il maintient qu'il a passé la nuit chez lui. A-t-il réellement, ou pas, passé la nuit chez lui ? En l'état, je suis incapable de vous infirmer ou de vous confirmer la version de Jonathann, les enquêteurs ayant des éléments sérieux pour établir le fait que le véhicule professionnel de Jonathann a bougé pendant la nuit", reconnaissait Randall Schwerdorffer face à la presse en janvier 2018.

Plusieurs éléments laissent en effet penser que Jonathann Daval a utilisé son utilitaire professionnel : un voisin affirme avoir entendu une voiture sortir du domicile du couple, comme l'indiquait Le Point en janvier 2018, et l’expertise du traceur GPS du véhicule montre qu'il a rentré son utilitaire dans le garage aux alentours de 1h30. De plus, des images de vidéosurveillance révèlent que, par deux fois, un utilitaire blanc s'est déplace en ville. A l'époque, Randall Schwerdorffer confiait que son client "n'[avait] pas de réponse sur les déplacements du véhicule, ce qui reste une inconnue majeure".

Qui a mis le feu au corps dans les bois ?

La reconstitution doit se terminer dans les bois d'Esmoulins, à quelques kilomètres de Gray, où a été retrouvé le corps d'Alexia. Là encore, des questions restent en suspens. "On n'a pas de certitude objective sur qui a transporté le corps : on connaît la voiture, avec le traqueur, mais pas qui est au volant. On ne sait pas qui a carbonisé partiellement le corps. On ne sait pas pourquoi", s'interroge Jean-Marc Florand, l'avocat des parents d'Alexia. Jonathann Daval a toujours nié avoir brulé le corps.

A-t-il été aidé par un complice ? "Rien ne dit qu’il n’a pas pu être aidé par quelqu’un", insiste Jean-Marc Florand. Le mystère demeure aujourd'hui. "Il me semble que les déclarations de Jonathann Daval, que je ne vous livrerai pas, sont très claires, et on est manifestement dans des faits qui ont impliqué une complicité. Pour moi, il n'y a aucun doute sur le fait qu'il y ait eu une complicité dans cette histoire", avait déclaré Randall Schwerdorffer en juillet 2018 à France Bleu Besançon. Ce sera l'ultime étape d'une journée qui s'annonce intense.

On va lui demander de refaire les gestes qu'il a fait ce soir-là, il y aura une charge émotionnelle. Toute la reconstitution sera dure selon moiRandall Schwerdorffer, avocat de Jonathann Davalà France 3 Bourgogne-Franche-Comté

Cette reconstitution devrait durer entre 5 et 7 heures, au cours desquelles le mis en examen "dirigera la manœuvre, a précisé son conseil. Il dira ce qu'il a envie de dire. C'est quelqu'un de toujours spontané dans ses déclarations, je ne sais pas ce qu'il dira à l'avance".

Vous êtes à nouveau en ligne