La mère d'Alexia Daval "veut" que Jonathann Daval "reste en prison", alors que le suspect du meurtre demande sa mise en liberté

Isabelle Fouillot, la mère d\'Alexia, à gauche, accompagnée de son mari et son avocat, le 30 ocotbre 2018. 
Isabelle Fouillot, la mère d'Alexia, à gauche, accompagnée de son mari et son avocat, le 30 ocotbre 2018.  (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Pour la première fois, les parents de la victime ont été confrontés à Jonathann Daval. L'audience a eu lieu à huis clos et par visioconférence pour le principal suspect. Isabelle Fouillot, la mère d'Alexia, n'a pas caché sa déception. 

Alors que Jonathann Daval, soupçonné du meurtre de son épouse Alexia, réitère mardi 30 octobre sa demande de mise en liberté, Isabelle Fouillot, la mère de la victime, "veut qu'il reste en prison".

Première confrontation au tribunal

Isabelle Fouillot a pu assister à l'audition de Jonathann Daval mardi matin, une audition à huis clos à Besançon où il a été entendu par visioconférence depuis la maison d'arrêt de Dijon. Sur franceinfo, elle se dit "déçue". Isabelle Fouillot a expliqué ne pas avoir trouvé Jonathann Daval changé physiquement, à l'issue de ce premier face-à-face entre parents d’Alexia, sa sœur, son beau-frère et Jonathann Daval.

Il n'a pas eu un mot pour nous, rien du tout, même le fait que ce soit aujourd'hui le 30, le jour anniversaire où l'on a retrouvé le corps d'Alexia, il n'a eu aucun mot. Alexia il ne doit vraiment plus y penser du toutIsabelle Fouillotà franceinfo

"Elle est dans les statistiques, Alexia. C'est une femme qui meurt tous les trois jours sous les coups de son mari. C'est juste ça l'histoire, il nous a emmenés dans des scénarios improbables, irréels", a souligné Isabelle Fouillot, très émue au terme de cette audition.

Jonathann Daval, accusé du meurtre de sa femme en octobre 2017, a réitéré sa demande de mise en liberté après le refus de la première. Randall Schwerdorffer, son avocat, a indiqué mardi sur franceinfo qu'il s'agissait d'un recours aux "voies procédurales ordinaires, mais sans insister particulièrement". Selon lui, "il y a toujours un espoir".

Vous êtes à nouveau en ligne