Procès Daval : "Il faut qu'il dise ce qu'il a à dire et la vérité", explique la mère de l'accusé

La salle d\'audience de la cour d\'assises de Haute-Saône, avant l\'ouverture du procès de Jonathann Daval, à Vesoul, le 16 novembre 2020.
La salle d'audience de la cour d'assises de Haute-Saône, avant l'ouverture du procès de Jonathann Daval, à Vesoul, le 16 novembre 2020. (MAXPPP)

La découverte du corps en partie calciné d'Alexia Daval, le 30 octobre 2017, avait bouleversé la France. Trois ans plus tard, le procès de son mari débute à Vesoul.

Le procès de Jonathann Daval s'est ouvert, lundi 16 novembre, devant la cour d'assises de la Haute-Saône, à Vesoul, en présence de nombreux journalistes. En ouverture de l'audience, le président a invité à faire abstraction de ce contexte : "Vous ne devrez pas être jugé différemment parce que cette affaire a connu un retentissement médiatique inhabituel. Ce doit être un procès équitable et impartial", a-t-il lancé à l'accusé.

Jonathann Daval, 36 ans, est accusé d'avoir tué sa femme, Alexia Daval, en octobre 2017. La découverte du corps en partie calciné de la jeune femme avait bouleversé la France, de même que les multiples mensonges et revirements de son époux, qui a finalement reconnu le meurtre.

 Jonathann Daval réitère ses aveux. Interrogé dès le début du procès sur le fait qu'il soit "impliqué et seul impliqué" dans la mort de son épouse, l'accusé a répondu "oui". Avant l'audience, son avocat a promis "un moment de vérité".  Renvoyé devant la justice pour "meurtre sur conjoint", Jonathann Daval encourt la réclusion criminelle à perpétuité à l'issue des plaidoiries prévues vendredi.

 Un procès "d'une ampleur inédite" à Vesoul. Une quarantaine de médias sont accrédités pour couvrir ce procès dont la préfecture de Haute-Saône, mise à contribution pour l'organisation en pleine épidémie de Covid-19, a souligné qu'il était "d'une ampleur inédite pour la ville de Vesoul". La demande de renvoi qui avait été formulée par les avocats de la défense a été rejetée.

 De nombreuses zones d'ombre. Avant le début du procès, les jurés connaîtront l'essentiel de l'affaire, compte tenu de son retentissement médiatique exceptionnel. En cause : la mise en scène orchestrée par l'accusé, qui a cherché à maquiller son crime en une affaire de joggeuse assassinée. Trois ans plus tard, l'enquête n'a pas éclairci toutes les zones d'ombre. Que s'est-il précisément passé cette nuit du 27 au 28 octobre où Alexia Daval a été tuée ? Pourquoi Jonathann Daval a-t-il menti aussi longtemps avant d'accuser sa belle-famille ? Que se passait-il dans le huis clos du couple ? Autant de questions auxquelles la cour d'assises va tenter de répondre. 

 La personnalité de l'accusé abordée en fin de procès. Après la constitution du jury, le procès débutera par le rappel puis l'examen des faits. Plusieurs enquêteurs et experts se succéderont à la barre, avant l'audition des parties civiles, et notamment de la famille d'Alexia Daval mardi après-midi. L'interrogatoire de Jonathann Daval est prévu dans la journée de mercredi et la personnalité de l'accusé ne sera abordée que jeudi. Les plaidoiries des parties civiles, le réquisitoire et les plaidoiries de la défense auront lieu vendredi. Le verdict devrait être connu le même jour.   

Vous êtes à nouveau en ligne