Disparition d'une famille à Orvault : où en est l'enquête ?

Un policier devant le pavillon de la famille Troadec, le 27 février 2017 à Orvault (Loire-Atlantique).
Un policier devant le pavillon de la famille Troadec, le 27 février 2017 à Orvault (Loire-Atlantique). (SEBASTIEN SALOM-GOMIS / SIPA)

Les enquêteurs sont toujours à la recherche des quatre membres de la famille Troadec. Une information judiciaire a été ouverte.

Le mystère reste entier. Une information judiciaire a été ouverte, lundi 27 février, après la disparition de la famille Troadec à Orvault, près de Nantes (Loire-Atlantique). "Si le contexte de violences graves ayant présidé à la disparition de la famille Troadec semble désormais établi, en revanche les circonstances entourant la commission des faits demeurent indéterminées", indique le procureur de la République de Nantes.

Franceinfo fait le point sur l'avancée de l'enquête.

Des traces de sang, dont certaines essuyées

Dans le pavillon familial, les enquêteurs ont constaté "de nombreuses taches de sang, à l'étage, dans l'escalier et au rez-de-chaussé", indique le parquet. "Certaines avaient été essuyées", précise-t-il. Ce sang appartient aux parents, Pascal et Brigitte Troadec, ainsi qu'à leur fils de 21 ans, Sébastien. Selon Le Parisien, "les quantités de sang retrouvées proviennent surtout des deux parents, et très peu du fils". Il n'y a pas de trace de Charlotte, 18 ans, l'autre enfant du couple. 

Les policiers ont également constaté que les draps des lits avaient été retirés et qu'il "n'y avait non plus de brosses à dents dans la maison", selon le communiqué du parquet. "De la vaisselle se trouvait toujours dans l'évier de la cuisine et le réfrigérateur était rempli de victuailles", indique-t-il également.

Des téléphones portables désactivés 

Depuis le 17 février, les téléphones portables des quatre membres de la famille ne sont plus activés. Selon Le Parisien, celui de Sébastien est le dernier à avoir été désactivé, à 3h15. Il a été retrouvé maculé de sang dans le pavillon.

Un "funeste projet"

"Les premiers éléments recueillis pourraient orienter l'enquête sur la personnalité du fils Sébastien, lequel est soupçonné d'avoir mis en place un funeste projet visant à supprimer les membres de sa famille et peut-être lui-même" peut-on lire dans l'avis de recherche concernant la famille Troadec, envoyé vendredi 24 février dans les commissariats et gendarmeries de France, que s'est procuré franceinfo.

Une voiture recherchée

Devant la maison, les enquêteurs ont retrouvé les deux voitures du couple, une Audi et une BMW. Mais "le véhicule utilisé par Sébastien Troadec, stationné devant la maison, avait disparu", constate le parquet. La Peugeot 307 n'a pas été retrouvée au domicile du jeune homme, à Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée).

Un fils mis en cause pour "menaces" en 2013

Sébastien Troadec n'est pas un inconnu de la justice. En 2013, il a été mis en cause "pour des faits de menaces d'atteintes aux personnes""Etant alors mineur, il avait été soumis à une procédure de réparation pénale mise en œuvre sans incident", précise le procureur.

Une fraude à la carte bancaire

Les enquêteurs tentent, enfin, de reconstituer l'emploi du temps de la famille dans les heures qui ont précédé sa disparition. Selon Ouest France, ils ont découvert que la mère et la fille ont signalé, dans la matinée, l'utilisation frauduleuse de la carte bancaire de l'adolescente. "Elle aurait, selon nos informations, servi à payer des jeux vidéo", précise le quotidien régional.

Vous êtes à nouveau en ligne