Deux-Sèvres : après la découverte d'un crâne, les gendarmes extraient le corps d'une femme d'un étang

Des enquêteurs au bord de l\'étang de la Ballastière (Deux-Sèvres), après la découverte d\'un crâne par un pêcheur, le 10 août 2015.
Des enquêteurs au bord de l'étang de la Ballastière (Deux-Sèvres), après la découverte d'un crâne par un pêcheur, le 10 août 2015. (MAXPPP)

Aucun lien formel n'a toutefois pu être établi, dans l'immédiat, entre le crâne et les restes humains découverts dans l'étang de la Ballastière, près de Saint-Martin-de-Sanzay, dans le nord du département.

Le corps d'une femme immergée avec sa voiture a été extrait de l'étang de la Ballastière, près de Saint-Martin-de-Sanzay (Deux-Sèvres), quelques jours après la découverte d'un crâne, rapportent des sources concordantes à l'AFP, mercredi 12 août. Aucun lien n'a pu être établi, dans l'immédiat, entre ces restes humains, mais une autopsie doit être pratiquée dans les prochaines heures pour déterminer l'identité du corps et les causes du décès.

La dépouille d'une viticultrice disparue en 1999 ?

D'après des sources judiciaires et des témoins l'ayant connue à l'époque, il s'agirait d'une femme née en 1940, viticultrice réputée du Saumurois, qui avait disparu de son exploitation de Vaudelnay (Maine-et-Loire) en 1999 sans laisser de traces. La disparition de cette femme, qui souffrait de stress professionnel et aurait pu vouloir mettre fin à ses jours, avait déclenché à l'époque d'intenses recherches dans le Maine-et-Loire et dans le nord des Deux-Sèvres.

Une enquête a par ailleurs été ouverte dimanche après la découverte du crâne pour "recherches des causes de la mort". C'est un pêcheur qui l'avait extrait avec son épuisette et qui avait aussitôt appelé les gendarmes. Ces derniers, avec l'aide de plongeurs, avaient, dès lundi, commencé à sonder le plan d'eau d'environ 10 hectares pour retrouver d'éventuels autres restes humains.

Vous êtes à nouveau en ligne