Deux associations portent plainte après le meurtre par balles d'une vache

L\'animal a été abattu le 21 mars 2014 à Charleville-Mézières (Ardennes).
L'animal a été abattu le 21 mars 2014 à Charleville-Mézières (Ardennes). (AURELIEN LAUDY / MAXPPP)

L'animal a été criblé de 70 balles. La vache, paniquée, "aurait pu l'anesthésier avec un fusil spécial", font valoir les défenseurs des animaux.

Elles demandent justice pour la vache abattue. Deux associations de défense des animaux, l'Association pour la défense des droits des animaux et la Société nationale pour la défense des animaux (SNDA), ont porté plainte mardi 29 avril pour acte de cruauté envers un bovin.

L'animal s'était échappé avec son veau d'un camion en mars à Charleville-Mézières (Ardennes). Les secours avaient réussi à maîtriser rapidement le veau, mais la vache paniquée avait pris la fuite en empruntant la voie de circulation à contresens avant d'entrer dans la commune.

Un animal "hors de contrôle et menaçant"

 
Dans sa course folle, l'animal avait blessé très légèrement une jeune fille, défoncé le capot d'une voiture de police et chargé un promeneur sur les bords de la Meuse qui avait laissé tomber son téléphone portable dans le fleuve en se jetant au sol pour se protéger. La vache avait alors traversé le cours d'eau avant de se retrouver cernée par les policiers qui ont fait feu à 70 reprises sur l'animal.
 
"Cette tuerie a provoqué un vif émoi : nous souhaitons qu'une enquête soit diligentée pour déterminer les circonstances de cet acte cruel", a expliqué Stéphane Lamart, président de l'Association pour la défense des droits des animaux.

"L'animal était apeuré et il y avait d'autres moyens de le récupérer plutôt que ce stand de tir, d'autant qu'un vétérinaire aurait pu l'anesthésier avec un fusil spécial", a souligné le militant. Du côté de la police, on explique que "les balles des policiers sont d'un type impactant et non perforant ce qui explique le nombre impressionnant de coups qui ont dû être tirés pour neutraliser l'animal qui était hors de contrôle et menaçant".

Vous êtes à nouveau en ligne