Délinquance : Valls dément "un relâchement" et parle de "manipulations"

(Eric Gaillard Reuters)

Le ministère de l'Intérieur a vivement réagi après la publication dans Le Figaro mardi de chiffres faisant état d'une forte hausse de la délinquance en octobre par rapport à l'an dernier. "Je veux qu'on s'attaque aux vrais sujets et pas polémiquer sur les statistiques", a estimé Manuel Valls qui parle "d'instrumentalisation" et de "manipulations" du précédent gouvernement.

Les violences contre les personnes en hausse de 9%, les
atteintes aux biens de 8% et les infractions économiques et financières de 18%
en octobre par rapport au même mois en 2011. Le constat dressé dans Le Figaro
ce mardi est sans appel : la délinquance a fortement augmenté. Des chiffres que
ne conteste pas le ministère de l'Intérieur en tant que tels tout en dénonçant, dans un long communiqué, une
"instrumentalisation ".

"Il n'y a aucun relâchement. Quand j'ai pris mes fonctions, j'ai constaté une situation très déteriorée des policiers et des gendarmes qui subissaient la politique du chiffre. On les obligeaient à avoir à tout prix des résultats pour complaire à ceux qui gouvernaient. Une politique du chiffre qui a dégradé le travail des forces de l'ordre. Je veux qu'on s'attaque aux vrais sujets et pas polémiquer sur les statistiques ", explique le ministre de l'Intérieur, Manue Valls.

Dans un communiqué, le ministère de l'Intérieur rappelle qu'un nouvel outil statistique a été
annoncé par Manuel Valls le 19 octobre dernier. Le ministre veut un tableau
d'indicateurs rénovés pour mettre fin à "la politique du chiffre ".
Ceci dit, explique le communiqué, "M. Valls ne cache pas sa préoccupation
face à la hausse des violences aux personnes
".

Vous êtes à nouveau en ligne